banniere2

Recevez notre newsletter

Fédération Wallonie-BruxellesActirisCoCoF

Infor Jeunes asbl

Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
Tél.: 02 733 11 93
inforjeunes[a]jeminforme.be
www.jeminforme.be

Comment devenir coopérant?

Travailler dans la coopération au développement vous donne un statut avec des droits et des conditions à remplir.

Quelles études?

Pour travailler comme coopérant à l'étranger, il faut avoir des compétences et/ou des expériences professionnelles.
Certaines études ont la réputation, aujourd'hui, de mener plus facilement à la coopération comme celles d'ingénieurs, d'enseignants, d'économistes ou d'experts en gestion de budget ou en gestion énergétique et environnementale. Les études de médecin spécialisé ou généraliste, infirmier (ère), kinésithérapeute, pharmacien, nutritionniste, agronome, d'éducateur, de juriste, sciences politiques , sciences de l'éducation, sciences du travail sont aussi fort demandées. Ces études ne garantissent évidemment pas à 100% le départ.
Il existe aussi un master de spécialisation en développement, environnement et sociétés organisé par l'UCL et l'ULG qui propose l'étude du développement des sociétés à partir d'une approche interdisciplinaire et qui permet d'appréhender le processus de développement dans les contextes environnementaux.

Connaître plusieurs langues est évidemment un atout important pour multiplier ses chances de travailler comme coopérant, en effet, la majorité des postes de coopérant sont en Amérique latine où il faut connaître l'espagnol, le portugais, en Afrique et en Asie où l'anglais est indispensable (éventuellement le français, sans oublier les langues locales).

Un brevet de secouriste ou un brevet d'animateur sont aussi utiles en fonction du type de travail comme coopérant que vous souhaitez effectuer.
D'autres expériences peuvent apporter un plus à votre C.V.: l'habitude d'animer-de travailler en groupe, avoir construit et géré un projet quel qu'il soit...

Votre diplôme sera-t'il reconnu à l'étranger comme en Belgique?

Le réseau européen Naric permet d'avoir des informations sur les reconnaissances actuelles de votre diplôme en Europe et dans quelque pays hors Europe et de trouver les organismes à l'étranger qui peuvent valider votre diplôme.

Quelles perspectives professionnelles?

Avant tout, il faut faire un choix à long terme concernant vos perspectives professionnelles.

Des formations universitaires menant à des diplômes spécifiques en coopération au développement existent.
Des cycles de formations courtes sont organisés pour mener une réflexion sur le développement, sur soi-même et son projet de départ, sur les caractéristiques politiques, économiques et sociologiques du Sud.
Des cycles "ici et ailleurs: que faire?" sont proposés par Iteco pour permettre à chacun de se situer face aux réalités politiques, sociales, économiques et culturelles des sociétés du Nord et du Sud; ainsi que de développer des capacités pour orienter son engagement dans la solidarité, ici et ailleurs.
Quinoa propose à toute personne de s’impliquer bénévolement dans des actions solidaires, en Amérique latine, en Afrique et en Asie, à travers ses projets internationaux. Il comprend bien sûr le séjour sur place, et également une phase préparatoire de plusieurs mois (rencontres, réunions, formations, ateliers), ainsi qu’un moment de débriefing – évaluation – retrouvailles au retour. Des séances d'information sont organisées régulièrement.

Pour connaître les formations du secteur, consultez l'Agenda-solidaire. Il reprend les événements de la solidarité internationale et de la coopération au développement en Belgique francophone et notamment de nombreuses formations courtes sur ces thèmes.

Ensuite, vient le choix d'une ou de plusieurs ONG envoyant des coopérants à l'étranger, que vous pouvez apprendre à mieux connaître avant de prendre votre décision en participant à des activités qu'elles organisent, en visitant leurs sites, en devenant bénévole dans l'ONG. Lorsqu'on parle de la coopération au développement, on parle plutôt d'ONG de coopération au développement (ONGD).
En Belgique, une ASBL peut demander à être reconnue par le Ministre de la Coopération au Développement afin de pouvoir introduire des demandes de subsides sur le budget de la Coopération au développement. Depuis 2017, on parle "d'accréditation", il faut introduire une procédure pour la reconnaissance comme "Organisation de la Société Civile Accréditée".
Vous participerez ensuite aux procédures de recrutement des ONG: envoi de votre C.V., entretiens.
Si vous êtes engagé par une ONG, vous signerez une convention d'envoi avec l'ONG belge, un contrat de travail avec l'employeur/l'ONG dans le Sud.

MAJ 2019

La une
d'Infor Jeunes

Poste à pourvoir :Assistant(e) social en charge de l'information jeunesse
Poste à pourvoir :Bachelier relations publiques mi-temps 19/h semaine, chargé de la communication de l'asbl (externe et gestion de sites), contrat de remplacement (min. 3 ans)
Partage de la vie privée, cyberharcèlement, discriminations liées au genre, injures, photos truquées ou obscènes, conflits et disputes partagés avec tous, la liste des risques liés aux réseaux sociaux...
www.mobilitedesjeunes.be : le site sur la mobilité internationale des jeunes (Wallonie – Bruxelles), initiative de l’asbl Infor Jeunes et du BIJ (Bureau international jeunesse). Le site est divisé en...
Besoin d'une information socio-juridique sur vos droits en matière d'études, formations, travail, métiers, loisirs, vacances, vie familiale et affective, droits et citoyenneté, mobilité internationale...
Rejoignez-nous sur Facebook https://www.facebook.com/inforjeunesasbl et retrouvez toutes nos activités et ateliers