Recevez notre newsletter

Fédération Wallonie-BruxellesActirisCoCoF

Infor Jeunes asbl

Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
Tél.: 02 733 11 93
inforjeunes[a]jeminforme.be
www.jeminforme.be

L'homosexualité

Nous avons presque tous une orientation sexuelle plus ou moins affirmée. Pour certains, elle se construit plus difficilement ou plus tardivement que pour d'autres.
L'orientation sexuelle que prend chacun(e), c'est-à-dire l'attirance amoureuse et/ou sexuelle, peut être hétérosexuelle (vers l'autre sexe), homosexuelle (vers le même sexe), bisexuelle (vers les deux sexes).
Elle est aussi fonction de la personnalité de chacun(e) (attirance, fantasmes, rêves, sensualité, etc.) et/ou elle peut l'influencer.

L'orientation homosexuelle

Le mot "gay" qui désignait en provençal le mode de vie "hors normes" des troubadours du moyen âge, a été choisi par les homosexuels, dans les années '60, pour remplacer les autres mots qui les désignaient jusque là et qui sont tous associés à l'injure: "pédé", "folle", "tapette" et même "homo".
C'est le nom sous lequel ils se reconnaissent de manière internationale.
Au départ, il désignait les homosexuels des deux sexes - c'est d'ailleurs encore souvent le cas dans la littérature américaine - mais, dans les années '80, surtout dans les pays francophones, les femmes ont choisi de s'approprier le terme: "lesbienne" du nom de l'île grecque où vivait la poétesse Sappho, au VIe siècle ACN, première femme à chanter l'amour entre femmes.

L'homosexualité sera pour certains(es) une évidence dès le début de leurs relations, pour d'autres, ce sera un cheminement de vie, vécu parfois même après une relation hétérosexuelle, pour d'autres enfin, ce sera une alternance de relations homosexuelles et hétérosexuelles (la bisexualité).
Aller à la découverte de son homosexualité, la comprendre, l'affirmer sont des étapes pas toujours faciles à franchir. D'abord, il faut pouvoir dépasser l'injure qui y est liée, se regarder dans le miroir et se dire: "Je suis pédé". Ensuite, il faudra accepter de perdre certains rêves de vie (une femme, des enfants, comme papa et maman) même si les gays et les lesbiennes élèvent des enfants. Après, il faudra pouvoir le dire à ses amis les plus proches, ou du moins se faire des amis avec qui vous pourrez en parler, ce ne seront peut-être pas les mêmes. Enfin, vous devrez pouvoir le dire à vos parents, c'est souvent l'étape vécue comme la plus difficile.
Il faudra affronter le regard des autres, leurs critiques souvent, leurs injures parfois, la violence physique même dans certains cas.
Si tout cela paraît trop difficile, si vous vous sentez perdu par rapport à toutes les questions que vous vous posez, des associations existent qui peuvent vous permettre de partager vos doutes, de briser votre isolement, de rencontrer d'autres jeunes qui se posent les mêmes questions et avec qui vous pourrez partager vos expériences, trouver ensemble des réponses.

Quand un gay ou une lesbienne qui se sent bien dans sa peau et vit positivement son homosexualité, décide d'annoncer, clairement et sans ambiguïté, son orientation sexuelle à ses parents, ses amis, ses collègues de travail, ses voisins, c'est ce qu'on appelle le "coming out". Par contre, lorsque quelqu'un dénonce l'homosexualité d'une personne qui ne voulait pas que cela se sache, on parle de "outing". Cette pratique est condamnée par la communauté homosexuelle.

Gays et lesbiennes ont subi, depuis toujours, et subissent encore, d'importantes persécutions et discriminations (homophobie) dans quasi toutes les cultures.
Pendant la seconde guerre mondiale, les nazis les internèrent et essayèrent de les exterminer au nom de la pureté de la race, comme ils ont essayé avec d'autres minorités. Comme les résistants avec leur triangle rouge, les juifs avec leur étoile jaune, les homosexuels étaient obligés de porter un triangle rose cousu sur leurs habits.
Le 26/06/1969, des homosexuels américains ont manifesté à visage découvert, contre une descente de police dans un bar gay de New York: le Stonewall Inn. Cette visibilité va relancer le mouvement d'émancipation et de revendication des homosexuels. Chaque année, c'est pour commémorer cet événement que gays et lesbiennes se retrouvent dans les rues pour la gay pride (à Bruxelles, au mois de mai). Mais, dans plus de 100 pays dans le monde (+ du tiers des membres de l'ONU), l'homosexualité est encore pénalisée et sanctionnée par des peines de prison, voire dans 7 d'entre eux par la peine de mort.
Les années de libération sexuelle et le mouvement de libération homosexuelle ont probablement apporté une plus grande tolérance vis-à-vis des gays et lesbiennes. En 1968, le militant politique américain G. Baker a créé le drapeau arc-en-ciel (6 couleurs) ou rainbow flag qui symbolise aujourd'hui la communauté homosexuelle partout dans le monde.
Malgré l'évolution des mentalités vis-à-vis de l'homosexualité, il ne faut pas oublier que le chemin a été long, jusqu'en 1973 l'American Psychiatric Association, classait l'homosexualité dans les maladies mentales!.
Et l'Organisation mondiale de la Santé ne l'a retirée de cette liste qu'en 1991.

Des lois, votées dans plusieurs pays européens (dont la Belgique), sur le mariage, la cohabitation légale et l'adoption par des personnes de mêmes sexes, permettent petit à petit que les homosexuels accèdent aux mêmes droits que les hétérosexuels.
Pourtant, aujourd'hui encore, en Belgique, des pans entiers de la société, souvent conservatrice et religieuse (de toutes tendances), continuent à s'opposer aux droits des gays et des lesbiennes. C'est pourquoi notre pays, juste après le Canada, a adopté, en 2005, le 17 mai (le jour où l'Oms n'a plus reconnu l'homosexualité comme maladie mentale), comme Journée mondiale contre l'homophobie.

Un peu de législation

Quelle que soit notre orientation sexuelle, l'âge de la majorité sexuelle est de 16 ans en Belgique.

Choisir entre union libre, cohabitation légale, mariage?

L'union libre d'un couple ne donne aucune protection aux membres du couple.
Depuis le 23/12/1999, une loi "instaurant la cohabitation légale" (publiée le 01/12/1999) a été votée afin que chaque membre du couple hétérosexuel ou homosexuel ait des droits et des devoirs (charges de la vie commune, protection du logement, au niveau des biens, dette, etc...). La déclaration de début (ou de fin) de cohabitation légale, doit se faire devant l'officier de l'état civil du domicile du couple.
Depuis le 1/06/2003, le mariage homosexuel est autorisé (Loi ouvrant le mariage à des personnes de même sexe et modifiant certaines dispositions du Code civil publiée le 28/02/2003). En ce qui concerne les droits sociaux (soins de santé, pension de survie), les droits fiscaux, l'héritage, le divorce, les couples homosexuels mariés ont maintenant les mêmes droits que les couples hétérosexuels mariés.
Cependant, en matière de filiation, ces droits ne sont toujours pas identiques comme rappelé dans une circulaire sur le mariage des personnes de même sexe, qui remplace certaines dispositions du code civil (Circulaire remplaçant la circulaire du 8 mai 2003 relative à la loi du 13 février 2003 ouvrant le mariage à des personnes de même sexe et modifiant certaines dispositions du Code civil publiée le 27/01/2004).
En effet, si une lesbienne donne naissance à un enfant, son épouse ne sera pas considérée comme le 2ème parent, alors que dans les couples hétérosexuels, l'enfant est automatiquement considéré comme étant celui du conjoint.
Si un membre du couple homosexuel a un enfant avec quelqu'un du sexe opposé ou si elle a un enfant par procréation assistée, l'autre membre du couple n'est pas considéré comme parent biologique et n'a donc aucun droit par rapport à l'enfant.
Pour pallier cette inégalité, l'adoption par des couples gays et lesbiens est autorisée depuis le 20/06/2006, (Loi modifiant certaines dispositions du Code civil en vue de permettre l'adoption par des personnes de même sexe publiée le 20/06/2006), les couples homosexuels ont donc les mêmes droits et devoirs par rapport à leurs enfants que les couples hétérosexuels.
Un couple homosexuel peut adopter un enfant, soit les 2 partenaires le font en même temps, soit un des partenaires du couple homosexuel peut adopter l'enfant de son conjoint. Dans les deux cas, l'enfant aura le nom d'un des parents.
Cette loi a surtout voulu régler le problème des enfants qui sont déjà élevés par un couple homosexuel, mais il ouvre aussi la possibilité de l'adoption en Belgique (très peu d'enfants concernés) et hypothétiquement celle de l'adoption internationale liée aux lois en vigueur dans le pays d'où provient l'enfant que l'on veut adopter.

Lois contre le racisme et les discriminations

Les gays et les lesbiennes subissent régulièrement des discriminations liées à l'homophobie. Ils se voient, par exemple, refuser la location d'un logement, perdre leur emploi, ils sont victimes de violence parce qu'ils montrent leur homosexualité, obtiennent difficilement des informations sur l'état de santé de leur partenaire admis à l'hôpital, reçoivent avec beaucoup d'obstacles des prêts bancaires, etc.

Trois lois, permettant de lutter contre le racisme et les discriminations, elles existent depuis le 10 mai 2007 (MB 30/05/2007) : la loi modifiant la loi du 30 juillet 1981, tendant à réprimer certains actes inspirés par le racisme et la xénophobie, la loi tendant à lutter contre certaines formes de discriminations et la loi tendant à lutter contre la discrimination entre femmes et hommes.
Ces lois rendent possible la lutte contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle, le changement de sexe et donc contre les actes homophobes, en déposant une plainte. Les auteurs de discriminations risquent une peine d'emprisonnement et/ou une amende. C'est le Centre interfédéral pour l'égalité des chances ou l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) qui sont habilités à recevoir une plainte, en fonction du type de discrimination subie. Il est aussi possible de s'adresser directement à un avocat ou au Parquet.
Là encore, les associations de gays et de lesbiennes peuvent vous aider si vous avez été victime de tels actes et si vous voulez porter plainte.

MAJ 2014

La une
d'Infor Jeunes

INFOR JEUNES asbl engage immédiatement un(e) Bachelier(e) ACS à orientation juridique, sociale ou pédagogique
Vous voulez apprendre à créer votre premier site internet ? Alors inscrivez-vous au Stage de création de site internet d’Infor Jeunes pendant les vacances d’été. Venez découvrir les bonnes pratiques p...
Salle à louer à Schaerbeek, à proximité de la Place Dailly, pour différents types d'événements. Pour locations ponctuelles  Cours  Stages Ateliers Séminaires Conférences Réunions Formations ...
Infor Jeunes propose des modules d’initiation à Internet, pour adultes. Cet atelier a pour but de donner aux stagiaires, les références nécessaires en matière de l’utilisation de l’informatique de bur...
Partage de la vie privée, cyberharcèlement, discriminations liées au genre, injures, photos truquées ou obscènes, conflits et disputes partagés avec tous, la liste des risques liés aux réseaux sociaux...