banniere

Recevez notre newsletter

Fédération Wallonie-BruxellesRégion BruxelloiseActirisSPP Intégration sociale

Infor Jeunes asbl

Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
Tél.: 02 733 11 93
inforjeunes[a]jeminforme.be
www.jeminforme.be

Réalisation : Vertige asbl

Sida: risques de transmission pendant les rapports sexuels

Y a t'il plus de risques de contamination du SIDA lors d'une pénétration anale ou lors d'une pénétration vaginale?

Il y a des risques de contamination élevés dans les deux situations, s'il n'y a pas de rapport sexuel avec préservatif.
Cependant, la muqueuse anale est plus fragile et lors d'une pénétration, elle peut subir des lésions (risque de contamination par le SIDA ou les hépatites), elle peut aussi engendrer des saignements et mettre le sexe masculin en contact avec une éventuelle infection.
La pénétration anale induit des frottements plus importants que la pénétration vaginale, il est important de veiller à disposer d’un préservatif plus solide pour ce type de pratique sexuelle et de toujours utiliser, dans ce cas, du lubrifiant à base d’eau.
Lors d'une pénétration vaginale, une femme qui a une lubrification vaginale insuffisante pourrait rencontrer le même type de phénomène.

Est-il possible d'être contaminé par le virus du SIDA lors d'une fellation?

Le risque est faible mais pas nul car dans cette pratique sexuelle il y a un contact entre les liquides corporels (goutte du début de l'érection, liquide séminal, salive) et les muqueuses (gland du sexe de l'homme, bouche).
Le sperme d'une personne contaminée contient une concentration plus ou moins importante du virus.
On diminue donc les risques de contamination de manière importante en interrompant la fellation bien avant l’éjaculation.
Le risque est plus grand s'il y a des blessures importantes dans la bouche: gingivite, angine, candidose, et lorsque le sperme est avalé.
Pour ne courir aucun risque, il faut pratiquer la fellation avec un préservatif.

Une femme pourrait-elle contracter le virus du SIDA avec son nouveau partenaire s'ils n'utilisent pas de préservatifs et qu'il dit ne pas être porteur du VIH?

Les rapports sans préservatifs sont à risque uniquement si le partenaire est contaminé par le virus du SIDA.
Même si vous lui faites confiance, il est impossible d'être certain(e) qu'il n'est pas porteur du virus sans avoir fait un test de dépistage.
S'il a eu un rapport à risque très récemment, il est possible qu'il ne sache pas lui-même qu'il est contaminé et qu’en toute bonne foi, il se croie séronégatif.
Votre partenaire ne souhaite pas mettre de préservatif  avec vous mais peut-être n’en a t'il pas utilisé, précédemment, avec d'autres partenaires?.
Au début d'une relation, et pour éviter tout malaise, mieux vaut que les deux partenaires fassent le test. En attendant, prenez la précaution indispensable, en utilisant des préservatifs.

Y a-t'il un risque de transmission du SIDA lors d'un cunnilingus?

Le risque de transmission du virus du SIDA lors d'un cunnilingus est faible mais pas nul, surtout durant la période des règles.
Dans le monde, peu de cas ont été répertoriés par ce mode de transmission.
Une femme, à qui on fait un cunnilingus, ne pourrait être contaminée par la salive, qui ne transmet pas le VIH.
Elle pourrait cependant, être contaminée si du sang contaminé se trouvant dans la bouche du ou de la partenaire entre en contact avec le vagin ou si le partenaire a pratiqué un cunnilingus ou une fellation à un autre partenaire juste avant.
Il serait éventuellement possible que la personne qui pratique un cunnilingus à une femme séropositive soit contaminée, il faudrait alors qu'il y ait un contact avec du sang de la partenaire lors des règles notamment. La personne qui fait le cunnilingus, pourrait être contaminée si du sperme, du liquide séminal ou encore du liquide vaginal contaminés d'un autre partenaire se trouve encore sur le vagin.
Un moyen de se protéger est de découper un préservatif (de préférence non lubrifié), ou d'utiliser un carré de latex (ce qu'on appelle une digue dentaire) à appliquer sur la bouche afin de faire barrière.

Y a-t'il une explication quant au relâchement de la protection individuelle contre le virus?

L'une des explications peut être qu'il y a eu de nombreuses améliorations dans les traitements, cela a entraîné une certaine banalisation de la maladie mais pas, toujours, de progrès dans le domaine de la prévention.
Actuellement, les plus jeunes appartiennent en quelque sorte à la génération de "l'après-trithérapies". Le succès de ces trithérapies a, comme effet pervers parfois, d'entretenir l'illusion que ces médicaments guérissent.
Certains d'entre eux ne savent pas exactement ce qu'est et comment se transmet le virus du SIDA, il y a là un réel effritement des connaissances.
Une autre cause est aussi que certaines personnes n'aiment pas utiliser de préservatif  (il n'est en général pas considéré comme quelque chose de banal), n'osent pas en acheter ou trouvent leur prix trop élevé.
Plus globalement, le relâchement est aussi celui des politiques, des médias et des associations en matière de prévention et de moindre visibilité de la maladie, dans certains pays.

MAJ 2015

La une
d'Infor Jeunes

Infor Jeunes t’accompagne dans ta recherche de job étudiant ou d'un premier emploi en 2015, via un atelier de préparation interactif. - exercices dynamiques pour la rédaction de C.V. et lettre de mot...
Infor jeunes te propose un atelier dans lequel tu apprendras et développeras les techniques audiovisuelles, les codes du cinéma, toutes les astuces afin de réaliser au mieux TA vidéo. Que ce soit un d...
Dimanche 20 Septembre 2015 entre 9h et 17h. Participons à la brocante des voisins sur la place Dailly ! Vidons nos greniers ! Echangeons nos objets ! Rencontrons nos voisins ! Trions nos valises ! Ce...
www.mobilitedesjeunes.be : le site sur la mobilité internationale des jeunes (Wallonie – Bruxelles), initiative de l’asbl Infor Jeunes et du BIJ (Bureau international jeunesse). Le site est divisé en...
Rejoignez-nous sur Facebook https://www.facebook.com/inforjeunesasbl et retrouvez toutes nos activités et ateliers
Une permanence décentralisée d'Infor Jeunes est ouverte à Bruxelles.Elle est le fruit d'une collaboration entre Infor Jeunes asbl (à Schaerbeek), le BIJ – Bureau International Jeunesse de la Communaut...