Le corps européen de solidarité : c’est quoi ?

29 Juin 2021 | Corps européen de solidarité | 2 commentaires

image_pdfimage_print

Le Corps européen de solidarité (CES)

Le Corps européen de solidarité (CES) est un programme de mobilité gratuit destiné aux jeunes de 17 à 30 ans (et ce, indépendamment de leur milieu d’origine, de leur parcours éducatif, de leur niveau de compétences, de leur niveau linguistique ou de leur handicap éventuel).

En tant que jeune adulte, vous désirez partir faire du volontariat à l’étranger ou simplement en Belgique, tout en aidant des personnes ou communautés vulnérables, pour relever des défis sociétaux, vivre une expérience inspirante mais aussi renforcer vos chances sur le marché du travail ou atteindre un bon apprentissage pour entamer l’enseignement supérieur…alors n’hésitez pas et participez à l’un des programmes du Corps européen de solidarité !

Ce programme est géré en Fédération Wallonie-Bruxelles par le BIJ.

Quel est l’objectif principal ?

Ce programme a été mis en place afin de renforcer la cohésion et de promouvoir la solidarité au sein de la société européenne.

Quels sont les différents volets du programme  ?

Le volet « Volontariat »

Volontariat en individuel
Activité de solidarité non rémunérée pour une durée de 2 à 12 mois à temps plein. A noter que pour les jeunes défavorisés, une période plus courte de 2 semaines à 2 mois est possible. Le projet peut se faire en Belgique ou à l’étranger (Union européenne et pays voisins partenaires) dans une structure d’accueil titulaire du label de qualité du CES.
Volontariat en équipe (de 10 à 40 jeunes)
Activité de solidarité non rémunérée pour une durée de 2 semaines à 2 mois à temps plein. Le projet doit se faire à l’étranger (Union européenne et pays voisins partenaires) et dans minimum deux pays. Ce type de volontariat s’adresse en particulier aux jeunes avec moins d’opportunités et s’assimile plus à des chantiers.
Le ou les participants volontaires reçoivent un soutien financier : une bourse couvrant les frais de transport, la nourriture, le logement, l’argent de poche pour dépenses quotidiennes (4€/jour).
Les dépenses supplémentaires pour les  jeunes défavorisés peuvent être couvertes. Mais également une assurance, un soutien à l’apprentissage linguistique en ligne, des formations en ligne d’accompagnement et un soutien post-placement.

Le volet « Projets de solidarité »

Projets de solidarité (min. 5 jeunes)
Initiative Jeunes locale non rémunérée avec une dimension européenne pour une durée de 2 à 12 mois à temps partiel (soir, week-end, vacances). Le projet doit se faire uniquement en Belgique (pays de résidence).
Le groupe de participants bénéficie d’un soutien financier forfaitaire et de formations en ligne d’accompagnement. Les jeunes défavorisés peuvent bénéficier d’une assurance et d’un support.

Chaque participant du CES obtient un Certificat du corps européen de solidarité (pouvant être complété par une certificat Europass/Youthpass attestant le travail accompli et les compétences acquises).

Quels sont les thèmes des projets de solidarité soutenus ?

– Inclusion (ex : projets de travail avec des groupes minoritaires)
– Accueil et intégration des réfugiés et des migrants (ex : projets d’aide des demandeurs d’asile venant d’arriver dans un pays)
– Citoyenneté et participation démocratique (ex : projets autour des droits de l’homme)
– Prévention des catastrophes et reconstruction (ex : projets de reconstruction d’une école suite à un tremblement de terre)
– Environnement et protection de la nature (ex : projets liés au changement climatique)
– Santé et bien-être  (ex : projets sur les modes de vie sains)
– Education et formation (ex : projets d’apprentissage de langues étrangères)
– Emploi et entrepreneuriat (ex : projets de lutte contre le chômage)
– Créativité et culture (ex : projets de résolution de problèmes communautaires par la créativité et la culture)
– Sport (ex : projets d’égalité des chances par la participation sportive)

MAJ 2021

2 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Manon Mob
1 année il y a

Bonjour,
Peut-on bénéficier d’une dispense et toujours percevoir les allocations d’insertion/chômage dans le cadre d’un corps européen de solidarité. Merci

INFOR JEUNES
Répondre à  Manon Mob
1 année il y a

Bonjour Manon,

Les règles applicables aux allocations de chômage le sont également pour les allocations d’insertion professionnelles.

Pour pouvoir bénéficier des allocations de chômage, un chômeur doit avoir sa résidence habituelle en Belgique et y résider de manière effective. L’ONEM ou le Service régional de l’emploi (Actiris, FOREM, VDAB ou ADG) peut vérifier à tout moment si le demandeur d’emploi remplit bien ces conditions. À cette fin, ils lui envoient chaque mois des convocations. Mais il est tout à fait possible de continuer à percevoir ses allocations dans le cadre (du corps européen de solidarité) d’un séjour à l’étranger, sous certaines conditions.

Le chômeur pourra résider à l’étranger durant ses vacances pendant un maximum de 24 jours (samedis compris) ou 4 semaines par an ou s’il bénéficie d’une dispense expresse de résider en Belgique et qu’il l’a préalablement demandée auprès de l’ONEM.

Par dispense expresse, l’ONEM entend :

-Une formation à l’étranger
Les chômeurs peuvent suivre une formation ou des études à l’étranger sous certaines conditions. Cela n’est envisageable que pour une période de 3 mois maximum par année civile, ou 6 mois sur deux ans. En invoquant des raisons exceptionnelles, il est possible de porter cette période de 6 mois sur un an.

-Chercher du travail à l’étranger
Il est possible pour un chômeur de continuer à bénéficier de ses allocations de chômage sous certaines conditions pendant 3 mois (exceptionnellement jusqu’à 6 mois).

-Participer à une action humanitaire
Cette dispense est accordée pour une durée maximum de 4 semaines par année civile. Elle peut être prolongée jusqu’à 3 mois si le chômeur invoque une raison exceptionnelle acceptée par le directeur du bureau de chômage régional de l’ONEM.

-Participer à une manifestation culturelle ou sportive
Dans certaines conditions, il est possible de participer à ce type de manifestation pendant 4 semaines au maximum par année civile.

-Faire du volontariat
Deux catégories de chômeurs peuvent partir travailler comme volontaire dans un pays en voie de développement : les bénéficiaires d’allocations d’insertion et les chômeurs de plus de 50 ans. Si le jeune bénéficie des allocations d’insertion, il pourra partir pour une période entre 4 et 12 mois. Pour obtenir cette dispense, il doit conclure une convention pour un projet déterminé avec une ONG reconnue, suivre une formation à la Direction générale de la Coopération au Développement (DGCD) et compléter le formulaire C97B.

Plus d’informations sur le site d’Actiris et possibilité de télécharger les formulaires ad hoc : https://www.actiris.brussels/fr/citoyens/dispense-de-disponibilite/

N’hésitez pas à demander des précisions directement auprès de votre service régional pour l’emploi.

Cordialement.

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be