Quitter ses parents après 18 ans

16 Nov 2021 | Droits après 18 ans | 14 commentaires

image_pdfimage_print

Quelles aides financières obtenir ?

Quelles que soient les raisons qui font qu’un jeune majeur quitte ses parents et en dehors du fait qu’il devra trouver un logement, gérer son argent, poursuivre ses études, il devra surtout subvenir à ses besoins.

Vous avez envie de plus d’indépendance, besoin de respirer, vous en avez marre que vos parents vous prennent la tête, ou vos parents en ont marre que vous leur preniez la tête, vous vivez une situation difficile que vous ne pouvez plus gérer au sein de votre famille (violence, grossesse, etc.), vos parents ont décidé de vous mettre à la porte, vous pensez que vous serez plus heureux si vous ne vivez plus avec votre famille de manière permanente…
Quitter ses parents n’est pas toujours chose facile, vous devrez trouver un logement proportionnel à vos revenus, un petit boulot et continuer éventuellement vos études.

CPAS ou contribution alimentaire ?

Même envers un jeune majeur, les parents ont toujours une obligation alimentaire (et réciproquement), tant que sa formation n’est pas achevée.
Cette obligation d’entretien consiste à l’héberger, l’entretenir (nourrir, veiller aux soins de santé, etc.) et à lui offrir une formation adéquate.
En général, les parents remplissent cette obligation d’entretien par nature puisqu’ils continuent à héberger et à entretenir leurs enfants, même après 18 ans.
Mais si vous ne vivez plus chez eux et que vous continuez vos études, vous êtes en droit de leur réclamer une contribution alimentaire (somme d’argent déterminée en fonction de leurs revenus) même si vous êtes majeur.
Soit ils décident de vous verser volontairement la contribution alimentaire qui vous permettra de subvenir à vos besoins soit ils refusent.

Il existe alors deux  possibilités (en dehors de la possibilité que vous trouviez un job qui vous permette de subvenir à tout ou en partie à vos besoins) :

  • Soit obtenir une contribution alimentaire des parents (en fonction de leurs ressources financières) par l’intermédiaire d’un juge de la famille ;
  • Soit obtenir l’aide du Cpas par l’intermédiaire du revenu d’intégration (c’est une somme d’argent qui vous est versée tous les mois) ou une aide sociale ponctuelle.

Pour faire le choix entre ces deux procédures, il ne faut pas oublier que faire une demande de contribution alimentaire est quand même une procédure en justice civile par laquelle vos parents peuvent être condamnés à payer une contribution alimentaire, ça n’améliore en général pas les relations.

  • Au Tribunal de la famille : la contribution alimentaire

Si vous avez plus de 18 ans (ou si vous êtes mineur), vous pouvez introduire une demande de pension alimentaire devant le juge de la famille (même si vos parents ne sont d’accord).

3 procédures existent :

  • la médiation : si vos parents sont d’accord de trouver un accord avec vous via un médiateur, il faudra vous adresser à un médiateur agréé https://www.cfm-fbc.be/fr/trouver-un-mediateur pour que l’accord soit homologué par le juge du Tribunal de la famille. Les frais relatifs à l’intervention du médiateur seront à payer par vous et vos parents, il y a des médiateurs agréés dans les centres de planning familial (les frais y sont souvent moins élevés).
  • la procédure en conciliation : une alternative est proposée pour essayer de régler les conflits à l’amiable. La chambre des règlements amiables est instaurée au sein de chaque tribunal de la famille (et de chaque Cour d’appel). Cependant rien n’oblige vos parents à se présenter, il faudra alors poursuivre la procédure devant le juge de la famille.
  • l’action en justice devant le juge de la famille : il vous faudra introduire une requête (une demande) ou une citation au Tribunal de la famille. Vous recevrez une convocation du Tribunal de la famille. Le Tribunal de la famille fait partie du Tribunal de 1ère instance https://justice.belgium.be/fr/trouver_un_tribunal_ou_parquet.
    Si vous introduisez une requête, l’audience aura lieu au plus tard dans les 15 jours après l’introduction mais les tribunaux de la famille étant débordés, c’est souvent plus long. Si l’affaire est introduite par citation (plus rapide que la requête mais plus chère), il faudra le faire via un huissier de justice (coût de 75 à 200€), une audience est alors prévue dans les jours qui suivent.
    Le tribunal de la famille peut statuer en référé en cas de litiges urgents à régler (obligation alimentaire, autorité parentale, hébergement de l’enfant mineur, etc.)
    Le conseil et/ou l’assistance d’un avocat peut être judicieux. Pour se faire désigner un avocat, vous pouvez passer par le Bureau d’aide juridique de votre région. Selon vote situation financière, cette aide peut être gratuite en totalité ou en partie.

Le juge de paix reste compétent pour les obligations alimentaires liées au droit au revenu d’intégration sociale.

  • Au CPAS : le revenu d’intégration sociale (RIS)

Vous pouvez vous adresser au CPAS de la commune où vous résidez (c’est-à-dire où vous êtes inscrit au registre de population ou des étrangers au moment de la demande) pour obtenir un revenu d’intégration sociale et/ou des aides sociales (cartes médicales, abonnement gratuit, etc.).
L’aide du CPAS n’est pas automatique. Si vous avez “simplement” envie de quitter vos parents parce que vous en avez “marre” d’eux, ce ne sera pas suffisant pour obtenir une aide. Par contre si vous êtes en conflit, que vous vivez une situation particulièrement difficile (violence, grossesse), votre demande sera prise en compte.
Avant d’aller au CPAS, réfléchissez bien à la manière dont vous allez expliquer votre situation. N’oubliez pas que l’assistant social qui vous reçoit ne vous connaît pas, il faut donc détailler la situation que vous vivez chez vos parents.
Par ailleurs, en dehors du revenu d’intégration, vous pouvez aussi obtenir des aides sociales complémentaires pour payer le minerval, les frais de transports, les soins de santé… Il est donc parfois utile de faire une liste de tous ses besoins pour être certain de ne rien oublier pendant votre entretien.
Vous recevrez un accusé de réception, prouvant que vous avez bien introduit une demande (ce document vous servira à introduire un recours si votre demande n’est pas prise en considération et que vous n’êtes pas d’accord avec la décision).
L’assistant social du CPAS va ensuite faire une enquête sociale, vérifier votre situation financière, scolaire, les raisons pour lesquelles vous ne voulez ou ne pouvez plus rester en famille, vos différentes déclarations (par exemple si vous avez déclaré que vous vivez seul) et celle de vos parents (notamment leur situation financière et leur solvabilité).
Dans un délai de maximum 30 jours, vous aurez la réponse du CPAS.
Ce n’est pas l’assistant social qui vous donne la réponse, mais bien le Conseil de l’action sociale.
Il faut savoir que, vos parents, ayant toujours une obligation alimentaire envers vous, peuvent être obligés par le CPAS à intervenir financièrement pour rembourser une partie du montant du revenu d’intégration sociale, ou vous-même pouvez être obligé par le Cpas de faire une demande de pension alimentaire en justice de paix.
Les jeunes de moins de 25 ans doivent signer avec le CPAS un contrat spécifique PIIS (Projet Individualisé d’Intégration Sociale) qui les contraint à s’inscrire dans un projet professionnel ou de formation /études. Le contenu de ce contrat peut être négocié avec l’assistant social avant la signature, il peut donc être important de vous faire accompagner.
Le revenu provenant d’un job étudiant est déduit du RIS mensuel !

Les adresses, contacts téléphoniques et heures d’ouverture des Cpas bruxellois se trouvent sur le site de la Région de Bruxelles-Capitale.
Les adresses, contacts téléphoniques des Cpas de Wallonie se trouvent sur le site de l’Union des villes et des communes de Wallonie.

Autres aides

  • Les jobs étudiant

Tout en étudiant, vous pouvez trouver un job étudiant. Vous trouverez toutes les informations concernant la législation sur notre site.
Ce job vous donnera des revenus supplémentaires mais si vous recevez une aide du Cpas, une partie du RIS vous sera enlevé. Le CPAS peut aussi vous demander de faire un job étudiant pour contribuer à votre financement.

  • Les allocations familiales

Si vous avez entre 18 et 25 ans et êtes toujours étudiant, vous pourrez recevoir les allocations familiales directement vous-même dès que vous aurez changé de domicile. Il vous faudra un document officiel attestant que vous ne vivez  plus chez vos parents (attestation de la police, déclaration de changement d’adresse à la commune).
Vous recevrez donc les allocations familiales au montant d’un premier enfant. Si vous avez des frères et soeurs, il est peut-être plus intéressant pour vous à demander que les allocations familiales continuent à être versées à l’un de vos parents qui vous la reversera ensuite, la somme sera plus élevée.
Adressez-vous à FAMIRIS, Rue de Trèves, 70 à 1000 Bruxelles – 0800/35 950 (Bruxelles) https://famiris.brusselsinfo@famiris.brussels  / à FAMIWAL – 0800/13 008 (Wallonie) https://www.famiwal.beinfo@famiwal.be / à FONS 078/790007 (Flandre) https://www.fons.be

  • Les bourses d’études

Vous pouvez aussi obtenir une bourse d’étude de la FWB. La bourse d’étude est octroyée en fonction des revenus de l’étudiant s’il vit seul.
Lors de votre demande pour la bourse d’étude, vous devez bien préciser que votre situation a changé et que vous n’habitez plus chez vos parents parce que le montant de la bourse est normalement calculé sur les revenus des parents (mais comme vous n’habitez plus avec eux, il faut bien le préciser).
Pour l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur, le formulaire est à envoyer du 1er juillet au 31 octobre.
Adressez-vous à la Fédération Wallonie-Bruxelles : plus d’infos sur les bourses d’études http://www.allocations-etudes.cfwb.be.

  • Autres aides sociales

Les Universités et certaines Hautes écoles ont un service social où vous pouvez aussi obtenir une aide financière.

En résumé, les aides existent mais les démarches à accomplir ne sont pas toujours aisées. Il ne faut pas oublier que vous n’obtiendrez qu’une aide financière minimale pour vivre dignement, trouver un job est donc quasi indispensable.

Résumé des démarches

  • Chercher un logement :
  • Changer de domicile
    • allez à l’administration communale pour signaler votre changement d’adresse
    • n’oubliez pas de donner votre nouvelle adresse à votre école, mutuelle, service des bourses d’études (si vous avez fait une demande), à votre employeur si vous faites un job étudiant, à la société de transport public si vous avez un abonnement, à votre banque, etc.
  • Mutuelle : si vous avez moins de 25 ans, même si vous changez de domicile, vous pouvez rester inscrit à la mutuelle de vos parents. Vous ne payerez aucune cotisation et recevrez directement le remboursement de vos soins de santé. Rendez-vous à votre bureau de mutuelle pour expliquer tous ces changements.
  • Avant de partir de chez vos parents, n’oubliez pas de prendre tous vos documents importants : diplôme, carte identité, vignettes mutuelle, etc.

MAJ 2021

14 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Moi
1 mois il y a

Bonjour.
Mon fils va aller en autonomie via le saj . Il aura 18ans début 2023 ou il sera totalement en autonomie grâce au saj et aux aides de centre pour l y amener.
Ma question est la suivante. La pension alimentaire fixée par le juge des familles censée être payée par son père mais qui ne l est pas doit il être revu par le tribunal ou le jugement reste valable ?
En sachant qu à 18a il ne sera plus à ma charge.
Que dois je faire au niveau du jugement et de la pension alimentaire à laquelle il a droit afin qu il puisse l obtenir? Dois je repasser devant le tribunal?
Merci pour vos informations

Je m informe
Administrateur
Répondre à  Moi
1 mois il y a

Bonjour Moi,

Même après les 18 ans du jeune, les parents continuent à être soumis à l’obligation alimentaire (à proportion de leurs moyens) pendant toute la durée des études du jeune. Vous-même et le père devez toujours participer financièrement à son éducation (sauf si le juge a prévu une autre manière de faire, nous n’avons pas tous les éléments du dernier jugement). Si le père ne paie pas la contribution alimentaire, vous pouvez vous rapprocher du SECAL : https://finances.belgium.be/fr/particuliers/famille/rente_alimentaire/secal

Etant donné que la situation de votre fils va changer avec sa mise en autonomie, oui, il faudra de toute manière en avertir le juge par courrier. Dans ce courrier, vous indiquerez ce que vous souhaitez pour lui au niveau de votre obligation alimentaire et celle de son père tant qu’il est aux études et/ou pas capable de subvenir totalement à ses besoins.

Vous pouvez vous rapprocher d’un bureau d’aide juridique afin d’avoir l’avis d’un avocat pour toute question complémentaire : https://www.jeminforme.be/bureaux-d-aide-juridique/

Bien à vous,

Infor Jeunes
339, Chée de Louvain
B-1030 Bruxelles
02/733.11.93
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

fabian
1 mois il y a

mon fils veut venir vivre chez moi. il à passé 18 ans et il y avait un jugement pour une garde égalitaire en 2017 mais le domicile était chez sa maman.
il est plus souvent chez moi depuis des mois et la maman ne contribue que rarement aux frais.
j’aimerais pouvoir donc le renseigner à mon travail et le déduire de mes contributions.
voir récupérer aussi les allocations familiale.
la maman ne veux pas perdre de l’argent et le menace de ne plus voir sa sœur s’il part vivre chez moi.
a t’elle le droit de lui empêcher de voir sa petite sœur?
de ne plus vouloir qu’il vienne dormir chez elle?
merci de m’aider
bien à vous

Je m informe
Administrateur
Répondre à  fabian
1 mois il y a

Bonjour, Fabian

A 18 ans, un enfant peut vivre où il veut. C’est lui qui décide. Dans les faits, évidemment, tant qu’il dépend de ses parents, il y a des questions financières qui se posent. Ainsi, les deux parents doivent continuer à subvenir à ses besoins tant qu’il n’est pas apte à gagner décemment sa vie (appréciation raisonnable). A ce niveau, il faudra repasser devant le juge de la famille pour réviser le premier jugement et faire acter les nouvelles modalités financières. Pour les allocations familiales, il faudra voir ce qui est le plus intéressant. La maman qui touche le total des allocations familiales pour lui et sa sœur touche sans doute un total plus intéressant que si les allocations étaient divisées. Elle pourrait continuer à les percevoir puis rétrograder la partie spécifique à son fils. Tout cela doit être débattu calmement devant le Juge. Pour l’avantage fiscal enfant à charge, le premier jugement ne prévoyait pas le régime de la répartition fiscale?
https://finances.belgium.be/fr/particuliers/famille/situation_familiale/coparentalite#q3
La réaction de la maman de ne plus vouloir recevoir son fils et le priver de contact avec sa sœur est excessive. Pour sa petite sœur, votre fils aura la possibilité de faire une demande de relations personnelles avec sa sœur devant le juge de la famille si elle persiste, mais vous vous doutez bien que cela ne va pas arranger les relations familiales.
Nous vous conseillons dans un premier temps de tenter une médiation familiale soit dans un planning familial soit devant la chambre de résolution amiable des conflits au sein du Tribunal de la famille. Il faut vraiment tenter d’apaiser les relations avec la maman. Est-ce que le seul problème est l’argent? Y a-t-il moyen de trouver une solution qui arrange tout le monde le temps qu’il finisse ses études ?
https://www.jeminforme.be/centres-de-planning-familial/
Si vous pensez que la médiation familiale n’aboutirait à rien, passez directement au Tribunal de la famille. Le Juge tranchera entre vos arguments et les arguments de la maman en ce qui concerne le montant de l’éventuelle contribution alimentaire et les autres aspects financiers.
Pour une demande de révision, il suffit d’écrire un courrier au greffe du Tribunal de la famille. Vous n’avez pas besoin d’avocat si vous n’en souhaitez pas.
Nous espérons que la situation s’apaisera vite.

Bien à vous,

Infor Jeunes
339, Chée de Louvain
B-1030 Bruxelles
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Filou
1 mois il y a

Je suis majeur sans emploi et sans diplôme mes parents ont de l argent mais je veux m assumer je ne vais plus à l école.Que dois je faire

Je m informe
Administrateur
Répondre à  Filou
1 mois il y a

Bonjour Filou,

Tout d’abord, vous devez vous demander si vous avez envie de continuer des études ou plutôt rechercher un emploi. Si vous êtes domicilié à Bruxelles, nous vous conseillons de vous inscrire comme demandeur d’emploi à Actiris : https://www.actiris.brussels/fr/citoyens/ (ou le Forem si vous résidez en Wallonie : https://www.leforem.be/). Vous pouvez facilement le faire en ligne. Cela vous ouvre une série de droits comme les allocations familiales si vous avez moins de 25 ans, des chèques langues, des formations gratuites.

Comme vous êtes majeur, vous pouvez aussi faire appel aux professionnels des missions locales afin de faire vérifier votre CV et vous aider à rédiger des lettres de motivation. Les missions locales peuvent aussi vous aider à définir un projet de formation ou de travail. En Wallonie, il s’agit des MIRE. Vous retrouverez les listes des missions locales sur Bruxelles ici : https://www.jeminforme.be/missions-locales/ et les services d’aides à la recherche d’emploi : https://www.jeminforme.be/arae/

En ce qui concerne les formations, si vous avez un domaine précis qui vous intéresse, vous pouvez vous rendre à notre permanence pour qu’on vous aide dans votre recherche. Sur ce lien est repris différentes formations possibles : https://www.jeminforme.be/sites-utiles-3/
Il existe aussi des services d’orientation qui vous aident à trouver votre voie. Vous pouvez retrouver leurs coordonnées sur notre site : https://www.jeminforme.be/orientation-scolaire/

Sachez que vos parents ont l’obligation de subvenir à vos frais tant que vous êtes aux études ou ne savez pas encore décemment gagner votre vie. Le CPAS peut éventuellement aider un jeune, mais il vérifiera toujours si vos parents remplissent bien leur obligation légale en proportion de leurs moyens. Une fois que vous aurez arrêté votre projet, il faudra ainsi arrêter votre budget (participation des parents, job étudiant, travail…) et là, vous verrez si vous avez la possibilité financière de prendre votre réelle indépendance ou pas.

N’hésitez pas à revenir vers nous, si vous avez d’autres questions.

Bien à vous,

Infor Jeunes
339, Chée de Louvain
B-1030 Bruxelles
02/733.11.93
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

kev
3 mois il y a

Bonjour

madame/Monsieur

J’ai 20 ans, et de nationalité indien. J’ai presque terminé mon dut et actuellement stagiaire dans un tres bonne entreprise et j’aurai un CDI a l’issue de mon stage au sein de cette entreprise, donc en terme de financement jaurais pas besoin de l’argent de mes parents.

Mes parents sont tres toxiques avec moi et jaimerais les quitter, mais avant cela j’aimerais faire ma nationalité française comme jaimerais vivre en France. Le soucis est qu’ils me donnent pas les documents necessaires; acte de marriage, acte de naissances… Je sais que si je les demande ils pourraient disputer avec moi ou meme les dechirer et les jeter comme ca, je vais me retrouver dans une situation encore pire.

S’il vous plait jaimerais avoir des renseignements.

Merci
Bonjournée

Je m informe
Administrateur
Répondre à  kev
3 mois il y a

Bonjour, Kev.

Nous sommes un centre d’information belge et les informations ci-après ne concernent que la situation en Belgique. Si vous vivez en France, veuillez vous adresser au Centre d’information et de documentation jeunesse
(CIDJ) qui donne des informations sur la base de lois françaises : https://www.cidj.com/

Après 18 ans, vous n’êtes plus soumis à l’autorité parentale de vos parents. Tout ce qui concerne votre vie est donc sous votre seule responsabilité. Vous avez même le droit de quitter vos parents et de vivre ailleurs.

Si toutefois vous vivez toujours chez vos parents, ils auront probablement toujours des exigences en ce qui concerne certains aspects de votre vie (votre éducation, vos études, etc.), même si légalement, ils n’en ont plus le droit. Tout est alors question de dialogue et de terrain d’entente, surtout lorsque vous dépendrez toujours d’eux financièrement, bien que vous deviendrez financièrement autonome à terme.

Pour régler votre litige avec les parents, privilégiez d’bord le dialogue. Il ne faut pas oublier qu’une procédure en justice n’améliore en général pas les relations avec les parents.

Si le dialogue avec les parents ne marche pas, vous pourriez vous adresser à des centres de planning familial pour demander une médiation familiale. Vous trouverez les coordonnées des centre de planning familial sur notre site web : https://www.jeminforme.be/centres-de-planning-familial/

Vous pourriez également demander l’aide du Service de l’Aide à la Jeunesse (SAJ). C’est un service spécialisé qui pourra vous aider au mieux, en fonction de vos problèmes. Vous pouvez y aller seul ou accompagné d’un assistant social par exemple. Les adresses des SAJ de Bruxelles et Wallonie se trouvent sur le site de la Fédération Wallonie Bruxelles-Aide à la jeunesse : http://www.aidealajeunesse.cfwb.be/index.php?id=359

En cas d’échec, vous pourriez amener vos parents au Tribunal de la famille et de la Jeunesse. Chaque tribunal de la famille et de la jeunesse comprend une chambre de règlement à l’amiable qui peut vous aider à régler vos conflits avec les parents de manière amiable. Vous pouvez vous-même écrire au greffe du tribunal de la famille pour demander une conciliation.

Si cette procédure ne vous apporte pas satisfaction, vous pourriez ultimement demander au tribunal de la famille de trancher le litige. Vous trouverez les adresses des tribunaux de la famille en cliquant sur le lien suivant :
https://www.droitdelafamille.be/fr-be/Contact/Tribunaux-de-la-famille

Sachez par ailleurs que des ressources sont disponibles à l’aide juridique pour vous assister.

Dans un premier temps, vous pourriez contacter l’aide juridique de 1ère ligne. Celle-ci permet à chacun, quelle que soit sa situation financière, de recevoir gratuitement une information juridique ou un premier conseil. Des permanences sont organisées au Palais de Justice, dans les Justices de paix, dans les Maisons de Justice, dans les Cpas et dans certaines associations sans but lucratif (ASBL). Notre Asbl ne fait pas partie des celles qui offrent des conseils juridiques. Vous pouvez trouver le bureau d‘aide juridique le plus proche de votre lieu de résidence en visitant la page pertinente de notre site web :
https://www.jeminforme.be/bureaux-d-aide-juridique/

Si vous avez peu de revenus, le Bureau d’aide juridique pourrait vous offrir l’aide juridique de 2e ligne. Cette aide permet de vous désigner un avocat spécialisé en droit de la famille pour vous conseiller et éventuellement vous défendre devant les tribunaux. L’aide de l’avocat peut être gratuite ou partiellement gratuite (moyennant une participation financière de 25€ à 125€).

Infor Jeunes Asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Aaaa
4 mois il y a

Bonjour j’ai 20ans et mes parents sont divorcés je vie actuellement à Mouscron et j’ai dû interrompre mes études à Liège car j’ai fait un burn-out par rapport à mes études je suis revenu à Mouscron je compte recommencer les études l’année prochaine mais le problème c’est que j’ai l’impression que les études que je veux faire sont trop dur pour moi j’ai essayé de discuter avec mes parents et ils m’interdisent de faire une formation car on me coupera les allocations d’étude le climat étant assez tendu à la maison j’aimerais prendre mon envole et partir faire ce qui me souhaite je ne sais pas si il est possible de quitter la maison comme ça que dois-je faire ? De plus j’aimerais me diriger vers Bruxelles

Je m informe
Administrateur
Répondre à  Aaaa
4 mois il y a

Bonjour, Aaaa

La période où on est majeur mais pas encore dans la capacité de subvenir à ses propres besoins est toujours délicate. En droit, vous n’êtes plus soumis à l’autorité parentale (vous pouvez prendre vous-même toutes les décisions liées à votre éducation) mais en pratique, c’est évidemment plus compliqué puisque vous habitez encore avec vos parents.
Si vous ne souhaitez pas faire les études prévues avec vos parents, vous en avez le droit et nous vous conseillons si le dialogue est vraiment impossible, de contacter un médiateur familial dans un planning familial. Le prix est démocratique et les médiateurs sont des habitués de ces situations:
https://www.jeminforme.be/centres-de-planning-familial/
Sachez que vos parents restent dans l’obligation de prendre en charge les frais des études ou de la formation suivie s’ils en ont les moyens. C’est une obligation légale. Tant qu’un enfant n’est pas capable de gagner correctement sa vie (cette obligation est entendue de manière raisonnable), ses parents doivent l’aider. Le Tribunal de la famille peut ainsi les obliger à remplir leur obligation d’entretien.
Le CPAS de votre commune peut aussi vous venir en aide. Nous vous conseillons de prendre rendez-vous avec un assistant social afin de faire le point sur votre projet et les aides possibles.
Réfléchissez bien sur votre projet et contactez dans un premier temps le planning familial de votre choix.
Revenez vers nous si nécessaire.
Bien à vous,

INFOR JEUNES
339, Chée de Louvain
1030 Bruxelles
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

nnnnn
4 mois il y a

Bonjour, J’ai 23 ans et j’ai un bachelier. Je dois arrêter mes etudes maintenant pour des raisons personnelles et financières et ma mère a décidé de me mettre a la porte. Je voudrais finir/commencer mon master en septembre mais je suis perdue maintenant et je ne sais pas quoi faire maintenant car je n’ai pas d’argent ou de logement. Je ne sais pas si je peux garder mon status d’étudiante et recevoir des aides. Je ne peux pas recevoir d’aide de mes parents

Je m informe
Administrateur
Répondre à  nnnnn
4 mois il y a

Bonjour, Nnnn

Votre mère n’a pas le droit de vous mettre à la porte comme ça. Savez-vous que les parents ont une obligation d’entretien à l’égard de leurs enfants aux études ? Sauf si votre mère prouve que financièrement elle est incapable de subvenir à vos frais, elle est obligée légalement par la loi à vous aider. Une action devant le Tribunal de la Famille du lieu où vous êtes domicilié est ainsi possible (pour ouvrir ce type de procédure, un courrier de votre part au greffe suffit).
Si vos parents ne peuvent pas vous aider suffisamment pour couvrir vos frais, le CPAS de votre commune peut venir en complément. Pour cela, vous devez prendre rendez-vous avec un assistant social le plus vite possible. Commencez par-là, il nous parait indispensable que vous faites le point sur votre situation avec un professionnel.
Nous vous conseillons aussi de contacter votre Caisse d’allocations familiales, vous pouvez demander à recevoir vous-même vos allocations: vous y avez droit jusqu’à vos 25 ans. Il faudra aussi penser à faire une demande de bourse au Service des allocations d’études pour l’année prochaine (pour cette année c’est trop tard si vous ne l’avez pas fait) et contactez le secrétariat social de votre école qui pourrait vous aider et vous proposer d’autres pistes de solution.
Commencez par le CPAS, avec une aide de leur part vous pourrez vraisemblablement poursuivre vos études cette année.

Bien à vous,

INFOR JEUNES
339, Chée de Louvain
1030 Bruxelles
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Fiona
1 année il y a

Bonjour, je suis âgée de 20 ans, et je vis à Liège avec ma maman. L’an dernier je suis tombé en dépression pour x et telles raisons. Cette ville me rappelle beaucoup trop de choses et je ne m’y sens plus à ma place. J’aimerai donc partir de chez moi pour prendre mon indépendance du coté de La Louvière et ses environs. Pourais-je avoir plus d’informations concernant les démarches à entreprendre? S’il vous plait.

Infor Jeunes
Répondre à  Fiona
1 année il y a

Bonjour Fiona,

Comme vous êtes majeure, vous pouvez quitté le domicile familial comme vous voulez, il ne vous faut pas d’autorisation. Si vous souhaitez habiter à La Louvière, c’est également votre choix.
Ce qui pourrait poser problème, c’est si vous êtes encore dépendante financièrement de vos parents car vous êtes encore aux études. A ce moment là, vous pouvez demander de l’aide au CPAS ou demander une pension alimentaire à vos parents, comme indiqué plus haut sur cette page. Les démarches à suivre sont indiquées sur cette même page.
Si vous êtes indépendante financièrement de vos parents, il ne vous reste plus qu’à vous trouvez un appartement et un travail dans la ville de La Louvière pour commencer votre nouvelle vie.

N’hésitez pas si vous avez d’autres questions,

InforJeunes asbl
339. Chaussée de Louvain
1030 Bruxelles
Tel : 02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be