Louer un kot étudiant à Bruxelles

3 Mai 2024 | Kot étudiant, Logement | 16 commentaires

image_pdfimage_print

Le bail est une matière régionalisée, et non plus fédérale. Chaque Région détermine ses propres règles en matière de baux d’habitation. La loi applicable en matière de bail dépend donc du lieu de situation de l’immeuble.

On notera que les règles relatives au bail étudiant sont globalement plus favorables aux bailleurs pour les logements situés en Wallonie, tandis qu’elles sont plus favorables aux étudiants pour les logements situés à Bruxelles.

Cette page est dédiée à la législation bruxelloise. Sur ce lien, vous retrouverez des informations sur le bail étudiant en Wallonie : https://www.jeminforme.be/louer-un-kot-etudiant-en-wallonie/

Les règles du bail étudiant à Bruxelles

En Région de Bruxelles-Capitale, les nouvelles règles sont en application depuis 2018.

Le cadre juridique en bref

L’Ordonnance visant la régionalisation du bail d’habitation du 27 juillet 2017 a été publiée le 30 octobre 2017 au Moniteur belge et est entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Cette ordonnance a été suivie de 4 arrêtés d’exécution, et couvre tout type de bail d’habitation, c’est-à-dire l’ensemble des baux portant sur un logement à Bruxelles, à l’exclusion de l’hébergement touristique. Ainsi, la nouvelle ordonnance est venue compléter les dispositions du Code bruxellois du logement en y insérant un nouveau titre, le XI, intitulé « Des baux d’habitation ».

La plupart des nouvelles règles sont donc contenues dans l’Ordonnance portant le Code bruxellois du logement (ou Code ou CBL) (17 juillet 2003 – mise à jour au 12 janvier 2024)

Pour tout aspect non réglementé spécifiquement par le Code bruxellois du logement, les règles relatives au bail de résidence principale ou de droit commun s’appliquent.

Qu’est-ce qu’un bail étudiant ?

Le bail étudiant est un bail conclu par ou pour le compte d’un étudiant dans le cadre de ses études. Cela signifie que ce sont des règles spécifiques au logement étudiant à Bruxelles qui s’appliquent.

C’est un accord entre un propriétaire (ou bailleur) et un locataire (ou preneur). Par cet accord, le propriétaire s’engage à laisser le locataire utiliser un bien (par exemple un kot étudiant) contre le paiement d’une somme d’argent (le loyer), que le locataire s’engage à lui verser tous les mois.

L’étudiant doit prouver sa qualité d’étudiant via une attestation d’inscription régulière dans un établissement scolaire.

Pour être valable, le contrat de bail doit obligatoirement mentionner l’identité du propriétaire et du locataire, la date de début du contrat, l’adresse du bien loué, la description du logement, le montant du loyer, l’indication de l’existence ou non d’un compteur individuel pour l’eau, le gaz et l’électricité, le montant des charges précisant s’il s’agit de charges sur base de frais réels ou sur base d’un forfait ainsi que le mode de calcul, le certificat de performance énergétique et le mode de gestion de l’immeuble.

Depuis le 2 décembre 2021, l’Ordonnance visant à instaurer une commission paritaire locative et à lutter contre les loyers abusifs oblige la mention obligatoire du loyer de référence dans tous les baux d’habitation bruxellois. Ce loyer de référence est obtenu à la suite d’un calcul effectué sur la base d’une grille indicative des loyers disponible sur https://loyers.brussels/a-propos-des-loyers-de-reference . L’intégration du loyer de référence dans le contrat de bail n’oblige pas le bailleur à appliquer celui-ci. Il doit tout simplement le mentionner ainsi que le loyer réellement exigé. Toutefois, en cas de dépassement de 20% du loyer de référence, le bailleur est tenu de le justifier.

Attention, le bail étudiant n’est pas automatique. Les deux parties, locataire et bailleur, doivent explicitement choisir ce type de bail dans le contrat.

Qui peut signer un contrat de bail étudiant ?

Tout contrat de bail doit être établi par écrit. Les mineurs n’ayant pas la capacité juridique ne peuvent pas, en principe, souscrire un contrat de bail.  Cependant, il est d’usage que des étudiants mineurs louent une chambre et signent eux-mêmes un contrat de bail. Ce contrat est valable, à la condition que le mineur soit doué de la capacité de discernement et qu’il ne se trouve pas lésé par son engagement. En pratique, que l’étudiant soit mineur ou pas, les bailleurs demanderont le plus souvent la co-signature des parents. Les parents d’un étudiant peuvent également conclure un bail étudiant pour leur enfant, sans que celui-ci ne doive apposer de signature sur le contrat. Pour signer un bail étudiant, l’étudiant doit fournir à son bailleur une attestation d’inscription dans un établissement d’enseignement secondaire ou supérieur ou dans une commission d’examen d’un jury central pour la durée du bail ou une partie significative de celle-ci. A défaut, l’étudiant communique au bailleur une copie de sa demande d’inscription ou une attestation sur l’honneur de l’introduction de cette demande, quitte à communiquer à son bailleur une attestation d’inscription régulière dans les deux mois de son entrée en jouissance ou dans les deux mois qui suivent la prorogation du bail.

La durée du bail étudiant

Un bail étudiant est un bail conclu pour une période de 12 mois maximum (si la durée du bail est supérieure à 12 mois, il s’agira alors d’un bail de résidence principale ou de droit commun). Il est possible de prévoir une durée inférieure à 12 mois par exemple 10 mois limités. Le bail est alors limité à l’année scolaire.

Le renouvellement du bail étudiant

Si le bail est conclu pour une durée de 12 mois : à la fin du bail, si l’étudiant occupe encore le logement et s’il n’y a pas opposition du propriétaire, le bail est reconduit pur un an. Attention, le loyer pourra être indexé (donc partiellement augmenté). Les parties peuvent solliciter la révision du loyer lors de chaque échéance d’un triennat (3 années).

Si le bail est conclu pour une durée inférieure à 12 mois : à défaut d’un préavis donné par le propriétaire et si l’étudiant continue à occuper le logement, le bail sera considéré comme un bail de 12 mois à partir de la date d’entrée en vigueur du bail initial. En cas de second renouvellement, le bail sera prorogé (prolongé) pour une période de 12 mois. Attention, dans ce cas, le loyer et les autres conditions du bail initial continuent de s’appliquer. Le loyer pourra toutefois être indexé.

La fin du bail étudiant

L’étudiant peut mettre fin au bail à tout moment moyennant un préavis de 2 mois, sans indemnités. Le préavis n’est pas requis lorsque le bail arrive à échéance. Le « préavis », aussi appelé congé ou renon, est une notification de l’intention de départ du locataire ou de la rupture du bail par le bailleur. Le but du préavis donné par le locataire est d’éviter un « vide locatif » au propriétaire ; tandis que celui donné par le bailleur permet au locataire de trouver un nouveau logement. Le préavis est généralement notifié à l’autre partie par courrier recommandé. Il prend cours le premier jour du mois qui suit le mois durant lequel il est donné.

L’étudiant peut résilier son bail anticipativement, jusqu’à 1 mois avant son entrée dans le logement, s’il a de justes motifs et les démontre par toutes voies de droit (échecs empêchant de poursuivre son cursus, échec à un examen d’entrée, abandon des études, refus d’inscription). Dans ce cas, il paye au bailleur une indemnité équivalente à un mois de loyer.

Le propriétaire peut mettre fin au bail étudiant uniquement à son expiration et moyennant un préavis notifié au moins 3 mois avant l’échéance.

Les baux conclus pour une durée inférieure ou égale à trois mois ne peuvent être résiliés anticipativement.

Attention, certains propriétaires ayant des logements dans des régions différentes (par exemple en Wallonie et à Bruxelles), insèrent parfois des clauses uniformes de résiliation de bail, dans les contrats conclus avec des étudiants, que ce soit pour les logements situés à Bruxelles ou en Wallonie ! Une telle façon de procéder n’est pas correcte, parce que la législation wallonne n’est pas forcément identique à la législation bruxelloise. Par exemple, des clauses suivantes seraient illégales à Bruxelles, mais valides en Wallonie :

« Pour mettre fin anticipativement au bail, l’étudiant doit notifier son préavis au bailleur avant la date du 15 mars ».

« Il ne peut être mis fin anticipativement au bail qu’en cas d’arrêt définitif des études en cours de cursus, moyennant une attestation de son établissement d’enseignement ; en cas de décès de l’étudiant, d’un de ses parents au 1er degré ou de son tuteur ».

De telles clauses seraient manifestement illégales pour les logements loués à Bruxelles, car l’article 256, § 2, al. 2, du Code bruxellois du logement donne à l’étudiant le droit de mettre fin au contrat de bail à tout moment moyennant un préavis de deux mois. En revanche, les mêmes clauses seraient valides au sujet de logements loués en Wallonie (Art. 81, § 1er, du Décret wallon du 15 mars 2018 et mis à jour au 31 juillet 2023 relatif au bail d’habitation).

Prorogation du bail étudiant en cas de circonstances exceptionnelles

Lorsque le bail étudiant vient à échéance ou prend fin par l’effet d’un préavis, l’étudiant qui justifie de circonstances exceptionnelles peut demander une prorogation (= prolongation), pour autant qu’il ait affecté le logement loué à sa résidence principale, avec l’accord exprès ou tacite du bailleur (art. 250 et 258, § 1er, du Code bruxellois du logement).

Pour demander une telle prorogation, l’étudiant doit, au plus tard un mois avant l’expiration du bail, envoyer une lettre recommandée au bailleur, dans laquelle il lui fait part de circonstances exceptionnelles qui nécessitent la prorogation du bail. A défaut d’accord entre l’étudiant et le bailleur, le juge peut accorder la prorogation en tenant compte de l’intérêt des deux parties. Un mois avant l’échéance de la durée de la prorogation, l’étudiant qui justifie toujours de circonstances exceptionnelles peut encore demander le renouvellement de la prorogation une seule et dernière fois (art. 251, 252 et 258, § 1er, du Code bruxellois du logement).

Le règlement d’ordre intérieur

S’il y a un règlement d’ordre intérieur, il est censé organiser les règles de vie en commun et doit être respecté par le(s) locataire(s). Attention cependant aux clauses abusives ou qui vont à l’encontre du droit à la vie privée (quelques exemples : le droit pour le propriétaire d’entrer dans le kot pour n’importe quelle raison, l’interdiction d’avoir des visites ou d’héberger quelqu’un).

Sachez que si le règlement d’ordre intérieur contient des règles en contradiction avec le bail, c’est celui-ci qui prime.

Modèles de bail étudiant

Label « logement étudiant de qualité »

Depuis 2018, les bailleurs bruxellois qui le souhaitent (ce n’est pas une obligation) peuvent obtenir pour leur bien un label « logement étudiant de qualité » qui est valable 5 ans. Ce label est délivré aux conditions suivantes :

  • Le bien est donné en location dans le cadre d’un contrat de bail étudiant ;
  • Le bien satisfait aux exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d’équipement des logements ainsi qu’aux exigences complémentaires de prévention contre les incendies dans les logements mis en location ;
  • Le bien dispose d’un certificat de performance énergétique (PEB) valable ;
  • Le montant du loyer et le montant des charges ainsi que le mode de calcul de celles-ci (consommations provisionnelles ou forfaitaires) sont communiqués clairement.

Le Gouvernement Bruxellois prévoit que le label peut être complété par une évaluation qualitative du logement étudiant portant sur des critères de qualité (équipement, proximité, connectivité, performance énergétique, acoustique).

Les biens labellisés sont publiés sur une plateforme numérique munis d’un logo distinctif. Le fait d’obtenir ce label permet de bénéficier des services de médiateurs agréés en cas de conflits

Les discriminations

Lors de la recherche d’un kot, on peut se sentir discriminé (votre nom est étranger ?, vous êtes deux filles à vouloir louer ensemble ?, vous êtes étudiant et dépendez du CPAS ?, etc.). Il y a de très nombreuses formes de discrimination mais aussi des lois pour nous protéger et donc la possibilité de déposer une plainte.

A quoi faut-il faire attention lorsque l’on décide de louer un kot ?

Louer un kot, c’est pour beaucoup d’étudiants une première occasion de prendre de la distance avec le cocon familial et de commencer à s’autonomiser. L’indépendance, la vraie vie, le bonheur en somme ! Enfin…quand tout se passe bien ! Car les pièges sont nombreux et les mésaventures fréquentes. Pour que ce premier pas dans votre vie d’adulte ne se termine pas par une chute douloureuse, il faut faire bien attention là où vous mettez les pieds !

Plusieurs éléments sont à vérifier dans le contrat de location d’un kot : la durée de la location, l’état des lieux, le montant du loyer, les charges et la garantie locative, et éventuellement le contenu du règlement intérieur. Les frais globaux liés à la location d’un kot ne sont pas non plus à négliger, ils constituent une grande part du budget de l’étudiant : loyer/charges + garantie locative + l’éventuelle taxe de seconde résidence + frais de transports (de chez les parents jusqu’au kot + du kot à l’école). Les charges sont souvent comprises dans le prix du loyer.

Petit récapitulatif des éléments à ne pas oublier avant de louer un kot 

  • Les normes du logement doivent être respectées : sécurité, salubrité, équipement minimal, superficie minimale de 12m²
  • Avoir récolté toutes les informations importantes sur le logement : loyer, charges, garantie locative, l’existence ou non de compteurs individuels pour l’eau, le gaz et l’électricité
  • Faire un état des lieux d’entrée et de sortie
  • S’assurer que la forme de bail soit un bail étudiant
  • La durée du bail (12 ou 10 mois pour les baux étudiants)
  • Avoir une copie du bail écrit en bonne et due forme et signé par les deux parties

Les aides au logement pour étudiants existent !

Certaines universités ou Hautes Écoles possèdent leur propre service de logement avec des loyers modérés réservés exclusivement à leurs étudiants.

Il y a l’aide au logement du CPAS de votre commune. Le CPAS, sur base de preuves de revenus insuffisants, peut aider toute personne séjournant légalement en Belgique qui a des difficultés à payer son loyer. Il peut vous avancer le montant de la garantie locative pour que vous accédiez à un logement décent mais uniquement si le Fonds du logement a rejeté votre demande.

Il existe également l’Agence immobilière Sociale étudiante.

Attention : la priorité est accordée aux étudiants en situation de précarité. Pour pouvoir entrer dans les conditions d’octroi d’un logement social, l’étudiant ne peut pas être propriétaire et ses revenus ne doivent pas dépasser 27.499,10€, pour une personne vivant seule.

Une série d’aides financières est prévue pour les étudiants en difficultés, vous retrouverez plus d’informations à ce sujet ici.

Voir aussi :

MAJ 2024

16 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sylvie
11 mois il y a

Bonjour, chaque année à la même période, début mai, le propriétaire demande à ma fille si elle compte renouveler le bail de son kot qui prend fin début septembre.

Cette année, ma fille lui a répondu que non.

Elle vient de trouver une location qui lui plaît, mais celle-ci débute en juillet.
Est-ce qu’elle doit payer et rester jusqu’à la fin du bail en cours, c’est à dire début septembre ? ou peut-elle partir vu qu’elle a donné son renon ?

D’avance, je vous remercie pour votre réponse.

Je m informe
Administrateur
Répondre à  Sylvie
11 mois il y a

Bonjour Sylvie,
Votre fille doit officialiser sa décision en envoyant un préavis par recommandé à son propriétaire dans le courant du mois de juin. Il prendra effet le 1er jour du mois qui suit (juillet) et aura une durée légale de 2 mois. Votre fille a demandé la résiliation du bail, elle est obligée de continuer à verser l’ensemble de son loyer et de ses charges locatives jusqu’à la fin du préavis de location. (1er septembre) Et ce, même si elle libère le logement avant.
Cependant, si le propriétaire reloue le logement avant le 1er septembre, votre fille n’est redevable du loyer que jusqu’à l’entrée dans les lieux du nouveau locataire.
Si vous ne voulez pas payer pour rien, nous vous conseillons dans un premier temps de faire parvenir le préavis au propriétaire et par la suite, de trouver vous-même un /une locataire de remplacement au plus vite et de soumettre ce changement à l’accord du propriétaire.
Bonne journée,

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
https://www.jeminforme.be/
http://www.mobilitedesjeunes.be

steve
1 année il y a

Bonjour,

Ma fille souhaite quitter son kot d’Ixelles. Son bail se termine le 03/09/23. Peut-elle résilier son bail maintenant malgré que le bail comportait certaines conditions?
Merci pour votre réponse
Steve

Je m informe
Administrateur
Répondre à  steve
1 année il y a

Bonjour Steve,

A Bruxelles, les règles du bail étudiant s’appliquent uniquement si l’étudiant et le propriétaire le précisent expressément.

Votre fille peut mettre fin au bail à tout moment. Elle doit le faire en notifiant un préavis de deux mois au propriétaire (de préférence par lettre recommandée).
Elle ne doit lui verser aucune indemnité.

Si ce délai de deux mois lui semble trop long, elle peut rompre le bail d’un commun accord avec son propriétaire.
Sous couvert qu’un accord soit trouvé, il est impérativement à mettre par écrit, il doit être signé et daté et produit en 2 exemplaires.

https://www.notaire.be/nouveautes/detail/bail-etudiant-quelles-sont-les-regles-en-wallonie-et-a-bruxelles

Si votre fille n’a pas signé un bail étudiant, c’est un bail de courte durée.
En ce cas, le préavis sera de 3 mois et l’indemnité à verser au propriétaire s’élèvera à 1 mois de loyer.

Bonne journée.

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Nini
1 année il y a

Bonjour
De grosses plaques de plâtre du plafond de la pièce communautaire du kot de ma fille sont tombées
Si une étudiante avait été dans la pièce elle aurait pu être gravement blessée

Ma filke ne se sent plus en sécurité dans ce kot
Peut elle quitter sans indemnités et pouvons-nous récupérer la garantie locative?
Merci d avance

Je m informe
Administrateur
Répondre à  Nini
1 année il y a

Bonjour Nini,

Le propriétaire est dans l’obligation d’effectuer les réparations urgentes. Nous vous conseillons de l’avertir par e-mail du problème et des travaux nécessaires avec photo à l’appui, et en parallèle de faire une mise en demeure par recommandé en exigeant les travaux nécessaires. En procédant comme cela, vous avez une preuve que vous avez prévenu dans la situation et que le propriétaire n’agit pas.

Pour le reste de votre question, tout dépend du type de bail (bail étudiant ou non). A priori, votre fille ne peut pas partir comme cela mais les règles sont un peu plus souples pour le bail étudiant. Nous vous conseillons de contacter la permanence juridique de l’AJLE : ajle.asbl@gmail.comhttps://ajle.be/

En cas d’insalubrité, si le propriétaire n’agit pas, c’est devant le juge de paix que vous devez vous rendre. Vous retrouverez des informations à ce sujet ici : https://www.jeminforme.be/l-insalubrite-du-logement/

Bien à vous,

Infor Jeunes
339, Chée de Louvain
B-1030 Bruxelles
02/733.11.93
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

zohra
1 année il y a

Comment signer un bail de location lorsqu’on ne se trouve pas sur place et qu’il est impératif de louer pour la rentrée ???

Je m informe
Administrateur
Répondre à  zohra
1 année il y a

Bonjour Zohra,

Le mieux est alors de privilégier les résidences universitaires qui acceptent de faire les démarches à distance, privilégier les colocations ou les agences co-living qui ont l’habitude de traiter avec des étudiants étrangers. Nous ne vous conseillons pas de signer un bail à distance sans l’avoir visité, il y a en effet, beaucoup d’arnaques. Vous retrouverez des adresses sur notre page : https://www.jeminforme.be/trouver-un-kot/

Bien à vous,

Infor Jeunes
339, Chée de Louvain
B-1030 Bruxelles
02/733.11.93
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Nath
2 années il y a

Bonjour. Je loue un kot pour ma fille à Wolluwe Saint Lambert. Celle-ci est dans une collocation avec 3 autres étudiants.. Apparemment, le propriétaire à reçu un courrier de la commune de Zaventem concernant la taxe pour les étudiants qui ne sont pas domiciliés sur leur territoire. Apparemment, celle-ci s élève à 140€ par étudiant. Le propriétaire dit ne jamais avoir reçu de demandes de la commune les années précédentes. Pouvez vous m expliquer dans les grandes lignes en quoi cela consiste exactement ? Merci

Je m informe
Administrateur
Répondre à  Nath
2 années il y a

Bonjour, Nath.

Lorsqu’un jeune se loge dans un Kot tout en gardant son domicile ou sa résidence principale chez ses parents, le kot est considéré comme une résidence secondaire. Certaines communes exigent alors une taxe de seconde résidence dans cette situation.

Le montant de cette taxe varie d’une commune à l’autre. Les étudiants bénéficient parfois d’une réduction importante (jusqu’à 90% sur présentation d’une preuve d’inscription dans l’enseignement de plein-exercice ou d’une preuve de la condition de bénéficiaire des allocations familiales) ou sont tout simplement dispensés de payer cette taxe. Il conviendrait donc de s’adresser à la commune qui réclame la taxe pour savoir si on peut en être exempté ou obtenir une réduction.

Pour échapper à cette taxe de seconde résidence, le jeune doit se domicilier dans son kot, c’est-à-dire qu’il doit s’enregistrer dans la commune où se trouve son kot. Le problème dans cette situation est que les parents perdent alors l’avantage fiscal de compter leur enfant comme personne à charge.

Bien à vous.

Infor Jeunes Asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

batao
3 années il y a

bonjour,
on est rentré dans un appartement avec ma soeur en octobre 2020,on a donné un premier versement au proprietaireet une guarantie de deux mois.On payait le loyer mais souvent en retard et le proprieraire acceptait toujours l’argent mais la on a un retard de deux mois de loyer et le propriétaire veut nous mettre dehors et on vient d’apprendre que l’on a remplis les papiers du bail et signé mais lui il n’a pas signé car il volait se protéger en cas de problème ,quel solution on a pour se proteger ou eviter l’expulsion?
bien à vous

Infor Jeunes
Répondre à  batao
3 années il y a

Bonjour Batao,

Vous ne pourrez pas être expulsés du jour au lendemain car une procédure en justice doit être introduite, cette procédure est longue (plusieurs mois) et coûteuse.
On ne peut pas expulser comme cela. Pour expulser un locataire le bailleur doit être autorisé par le juge de paix. Donc vous pouvez être rassurés pour le moment et tenter un arrangement à l’amiable. Pour prouver votre bonne foi, il important de proposer quelque chose, et de mettre votre solution par écrit à envoyer par recommandé ou faites une copie de la lettre et demandez un accusé de réception signé par le propriétaire.
Si le bailleur vous convoque quand même, il sera essentiel d’aller à l’audience pour expliquer vos moyens de défense.

Il existe des dispositifs d’aide aux étudiants en difficultés financières, nous vous invitons à lire la brochure Zoom 18-25 ans. N’hésitez pas à vous adresser au CPAS de votre commune. Pour tenter de trouver une solution avec leur service.
https://www.couvin.be/ma-commune/social/cpas/documents/etudiants-jeunes-covid.pdf

Nous vous invitons à prendre contact avec les Ateliers des droits sociaux, ils ont un service juridique spécialisé en droit du bail. https://ladds.be/nos-permanences-juridiques/
Il existe aussi l’association AJLE (Aide Juridique au Logement Etudiant) qui propose une aide juridique gratuite pour tous les étudiants de l’enseignement supérieur bruxellois.
les demandes peuvent se faire via le site https://ajle.be/

Bien à vous.

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Fati
3 années il y a

Bonjour,
Je suis locataire, je suis maman de 2 enfants.(2ans et 4 ans)
Je fais du vélo avec mes enfants et je n’ai pas d’emplacement pour ranger les vélos.alors, je les laisses dans le hall d’entrée.
Les voisins et le propriétaire ne sont pas content car nos velos dérangent.
Mais je n’ai pas de pièce dans la cave. alors je l’ai signalé au propritaire qui m’a donné l’autorisation pour un espace dans la cave.
J’aimerai savoir si dans la loi le propriétaire est obligé de me donner une pièce dans la cave.
Merci infiniment pour votre réponse.
Mme Fati

Infor Jeunes
Répondre à  Fati
3 années il y a

Bonjour, Fati
Le rangement des vélos est en effet un souci récurrent dans beaucoup d’immeubles! En ce qui concerne un espace dans la cave, rien n’oblige malheureusement le bailleur à vous en donner un si cela n’a pas été prévu dans le contrat de bail. En ce qui concerne le rangement dans le hall d’entrée dans l’immeuble, certains contrats de bail et/ou l’éventuel Règlement d’ordre intérieur peuvent l’interdire. Si rien n’est prévu, il faut tenter une discussion amiable, certains voisins sont plus conciliants que d’autres.
Si vous n’obtenez pas un espace dans la cave ou dans un local spécifique à l’immeuble ou que cette solution est trop contraignante (pas facile de descendre et monter tous les jours des vélos d’une cave), renseignez-vous auprès de votre maison communale si une « boîte » à vélos (cadenassée) n’existe pas aux alentours ou ne pourrait pas être placée près de chez vous. Parfois cet emplacement extérieur pour les vélos peut être placé sur demande des résidents lorsqu’il n’en existe pas.
Nous espérons que vous trouverez une solution satisfaisante.
Bien à vous,
Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Lisa
3 années il y a

Bonjour,

Je vis à Liège en Wallonie.
Il y a deux ans, mon compagnon a emménagé dans un kot. Un agent immobilier avait et a toujours la gestion locative de l’immeuble en question. Cette année là, il part vivre à l’étranger avec moi pendant quelques mois. En revenant, nous decidons de prendre l’appartement du dessus.
2 ans plus tard, lors de notre renon, l’agent immobilier se décide enfin à faire une régularisation des charges que l’on payait 100euro par mois (sans électricité).
Ici, les factures tombent, nous devons quasi 1500 euros. Ayant rénové l’appartement de fond en comble, nous avions conclu avec le propriétaire qu’il nous donnerait une partie pour certains travaux réalisés. Entre le comptes et les décomptes, je m’aperçois qu’il y a 48 euro comptés par mois x 2 ans pour « les honoraires de gestion » de l’agent immobilier ». Je ne pensais pas devoir payer des frais pour l’agent immobilier. Est-ce legal ?
Je vous remercie d’avance,
Cordialement,

Infor Jeunes
Répondre à  Lisa
3 années il y a

Bonjour Lisa,

Dans votre situation, vous pouvez prendre contact avec l’Atelier des droits sociaux/service Droit du bail :
https://ladds.be/nos-permanences-juridiques/ ou Habitat-Service, ils ont des permanences juridiques qui permettent de trouver des solutions concrètes aux locataires et propriétaires
Médiation entre locataires et propriétaires : https://www.aliss.be/node/3959

Pour la facture de 1500€ vous avez un droit de vue sur les factures et une explication du calcul pour en arriver à ce montant ? Si vous n’êtes pas d’accord, il est crucial de garder une trace écrite de tous vos échanges avec le bailleur.

Concernant les frais de l’agent immobilier (syndic), ces frais doivent être mentionnés explicitement dans le contrat de bail et sont, en principe, à la charge du propriétaire. Ils peuvent éventuellement être partagés entre les deux parties si elles en conviennent ainsi.
Source : https://blog.immoweb.be/fr/louer/frais-pour-locataire-ou-proprietaire/

Bien à vous.

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be