Recevez notre newsletter

Fédération Wallonie-BruxellesActirisCoCoF

Infor Jeunes asbl

Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
Tél.: 02 733 11 93
inforjeunes[a]jeminforme.be
www.jeminforme.be

Etudes liées à une pénurie de main-d'oeuvre

Année scolaire ou académique 2016 - 2017

L’Onem a transféré certaines de ses compétences aux Régions. Les dispenses, accordées aux chômeurs, pour la reprise d’études menant à un métier en pénurie, seront maintenant de la compétence des régions. Actiris, le Forem, le VDAB, l’ADG et les organismes de paiement (CAPAC et syndicats)  gèrent les procédures de demandes de dispenses, les conditions d’octrois et donnes des informations aux demandeurs d’emploi .
Chaque région dispose donc d’une liste de métier en pénurie de main d’œuvre pour cette nouvelle année académique 2016-2017. On y retrouve, notamment, des études de boucher, infirmier, instituteur, bachelier agrégé de l'enseignement secondaire inférieur, ingénieur industriel ou civil, traducteur, etc...

Ces études peuvent être entamées par des étudiant(e)s, mais aussi par des demandeurs(euses) d'emploi (il faut être chômeur complet indemnisé, avoir terminé ses études ou un apprentissage depuis 2 ans au moins et ne pas avoir de diplôme de l'enseignement supérieur) .
Il est possible pour les demandeurs(euses) d'emploi, à certaines conditions, de suivre de telles études, pendant une durée limitée. Ils (elles) obtiennent alors une dispense de disponibilité sur le marché de l'emploi, d'inscription comme demandeur d'emploi et peuvent refuser un emploi proposé (plus d'infos ici).

- L'insuffisance de candidats est parfois liée à l'image qu'on se fait d'un métier, plus ou moins valorisante.
- C'est parfois, aussi dû à son attractivité (salaires, horaires, conditions de travail, temps de déplacement, précarité des contrats, …).
- Il peut aussi s'agir du manque de gestion prévisionnelle des entreprises et des pouvoirs publics (lié au turn-over/rotation, aux départs en pension, aux cahiers de commandes, etc.)

Liste des études qui préparent à une profession pour laquelle il existe une pénurie significative de main-d'œuvre (art. 93 AR portant réglementation chômage 25.11.1991)

Année scolaire ou académique 2016 - 2017 (cette liste vaut pour les cycles d’études entamés en septembre ou octobre 2016)

En région Bruxelloise : « Professions dans lesquelles il existe une pénurie significative de main-d’œuvre en région de Bruxelles- capitale »

Enseignement secondaire technique ou professionnel

  • boucher
  • climatisation, installations de réfrigération et de chauffage
  • conducteur de travaux (1)
  • construction (peu importe la spécialité)
  • cuisinier
  • dessinateur industriel technique (peu importe la spécialité) (1)
  • électricité, installations électriques
  • électronique (1)
  • infirmier (peu importe la spécialité)
  • informatique
  • installateur en sanitaire (peu importe la spécialité e.a. plombier,…)
  • mécanique, électromécanique
  • pâtissier - boulanger
  • puéricultrice
  • techniques de transformation du métal et constructions métalliques (peu importe la spécialité, e.a. tourneur-ajusteur, outilleur, tôlier, chaudronnier, conducteur-régleur, tuyauteur, soudeur,..)
  • travail du bois (peu importe la spécialité, dont notamment menuisier, charpentier,…)


Enseignement supérieur professionnalisant

  • bachelier agrégé de l’enseignement secondaire inférieur : langues germaniques, français, mathématique, sciences (biologie, physique, chimie), sciences humaines (géographie, histoire, sciences sociales), sciences économiques et cours techniques
  • enseignement technique supérieur, peu importe la spécialité (mécanique, électromécanique, électricité, électronique,...)
  • ergothérapie
  • infirmier (peu importe la spécialité) (excepté bachelier-accoucheuse)
  • informatique, peu importe la spécialité
  • instituteur maternel
  • instituteur primaire (le cycle complet ou la formation de réorientation pour les instituteurs préscolaires visant à acquérir le titre d’instituteur primaire)

Enseignement supérieur : baccalauréat et master (deux cycles)

  • études universitaires d’agrégé de l’enseignement secondaire supérieur (ancienne agrégation): langues germaniques, français, mathématique, sciences (biologie, physique, chimie), sciences humaines (géographie, histoire, sciences sociales) et sciences économiques
  • informatique (peu importe la spécialité)
  • ingénieur civil (peu importe la spécialité)
  • ingénieur industriel (peu importe la spécialité)
  • kinésithérapie et réadaptation (1)
  • littérature et langues modernes s’il y a au moins une langue germanique parmi les langues choisies
  • traduction Fr-Nl / Nl-Fr

(1) Ces études ne figuraient pas sur la liste en vigueur pour l'année scolaire précédente.

Source ACTIRIS : http://www.actiris.be/ce/tabid/917/language/fr-BE/Dispense-de-disponibilite.aspx  

En région Wallonne : « Liste wallonne des études qui préparent à une profession pour laquelle il existe une pénurie significative de main-d’œuvre »

En région Flamande : « Nederlandstalige lijst van studies die voorbereiden op een beroep waarvoor een significant tekort aan arbeidskrachten bestaat »

En région Germanophone :  « DG-Liste der Ausbildungen, die auf einen Mangelberuf vorbereiten (Schuljahr 2016-2017) » li


Les adresses des écoles bruxelloises dispensant ce type d'études ou de formations, sont disponibles à notre permanence, à Infor Jeunes.

Parallèlement, une liste des fonctions critiques (ou professions ou métiers) est publiée tous les ans par Actiris à Bruxelles, le Forem  pour la Wallonie, le VDAB pour la Flandre.
Ce sont les métiers pour lesquels il y a un besoin constant de candidats, ceci est dû notamment à la grande rotation des travailleurs, à la pénurie de candidats ou au déséquilibre entre le profil exigé par les employeurs et les compétences des demandeurs d'emploi.

Attention, il ne faut pas confondre les listes des études préparant à une profession où il y a pénurie de main-d'oeuvre avec la liste des professions en pénurie publiée par le Service public régional de Bruxelles, le Service public de Wallonie, Ministerie van de Vlaamse Gemeenschap, et la Communauté germanophone qui permettent  d'obtenir plus facilement un permis de travail B , pour les résidents de longue durée d’un autre état membre de l’Union européenne.

MAJ 2016

POSEZ UNE QUESTION ---- ATTENTION! VOUS ETES SUR UN SITE D'INFORMATIONS BELGES FRANCOPHONES ---- (cochez la case *recevoir une notification* pour être averti automatiquement de notre réponse)


Code de sécurité
Rafraîchir

questions  

 
# mike 20-11-2016 17:43
N'ayant pas droit à des allocations de chômage (ni au cpas) après une activité indépendante , pourrai-je bénéficier d'allocations en reprenant des études pour un métier en pénurie ?
Merci pour votre réponse
Répondre
 
 
# Infor Jeunes 24-11-2016 13:52
Bonjour Mike,

En effet, le travail indépendant n’ouvre pas le droit aux allocations de chômage. Néanmoins, sous certaines conditions les travailleurs indépendants peuvent avoir droit au chômage s’ils ont travaillés auparavant comme travailleurs salariés (voir cette fiche de l’ONEM : www.onem.be/.../t87#h2_5 ). Attention, il faudra avoir travaillé suffisamment longtemps comme travailleur salariés pour pouvoir faire une demande d’allocation de chômage. Vous trouverez davantage d’information sur les conditions d’octroi au chômage sur cette fiche de l’ONEM www.onem.be/.../t31 .

Concernant la reprise d’étude en pénurie de main d’œuvre :
Si votre intention est de reprendre des études en pénurie de main d’œuvre pour pouvoir avoir droit à des allocations de chômage,ce ne sera pas possible.
Ce sont les personnes qui bénéficient d’allocation de chômage qui peuvent demander ce qu’on appelle une « dispense » pour pouvoir reprendre des études en pénurie de main d’œuvre. La dispense leur permet de ne pas devoir répondre aux obligations des demandeurs d’emploi (être disponible sur le marché de l’emploi, rechercher activement un emploi, accepter un emploi proposé, …) durant le laps de temps des études. Attention outre le fait qu’il faut être chômeur complet indemnisé, il faut tout de même répondre à d’autres conditions pour y avoir accès.
Si vous souhaitez davantage d’informations sur les dispenses vous pouvez vous rendre sur le site d’Actiris si vous êtes en région bruxelloise actiris.be/.../... Ou sur celui du FOREM si vous êtes en Wallonie leforem.be/.../dispenses.html.

Néanmoins rien ne vous empêche de reprendre des études amenant à un métier en pénurie de mains d’œuvre si vous le souhaitez. Il faudra par contre assumer vous-même les frais qu’engendre la poursuite de ces études.
Dans le cas où vous reprenez des études en pénurie de main d’œuvre, n’hésitez pas à vous redirigez vers le CPAS et de voir avec eux si vous ne rentrez pas dans les conditions d’octroi à l’aide sociale ou au RIS (revenu d’intégration social).
Pour bénéficier de l’aide sociale la principale condition à remplir est qu’il faut que l’aide demandée par la personne puisse lui permettre de mener une vie conforme à la dignité humaine.

Bien à vous,

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
02/733.11.93

www.jeminforme.be
Répondre
 
 
# Juju 07-10-2016 09:28
Bonjour, je suis une maman de 29 ans qui viens de reprendre des études de sage femme en étant persuadée que c'était en pénurie. N'ai eu un refus d'indemnisation . Je n'ai jamais plus de revenus, ma fille est à la charge du papa avec lequel je ne suis plus (j'ai quand même souvent ma fille). J'ai travaillé 7 ans comme employée et j'ai du démissionné. Pas d'accord à l'amiable possible. Quels sont mes droits ?
Répondre
 
 
# Infor Jeunes 10-10-2016 10:01
Bonjour Juju,

Si vous décidez de continuer les études de sage-femme alors que la dispense vous a été refusée, vous n’aurez pas droit à vos allocations de chômage.
En effet, pour avoir droit aux allocations de chômage, vous devez être inscrite comme demandeuse d’emploi auprès d’Actiris (Bruxelles) ou du Forem (Wallonie). Ce statut implique certaines obligations : passer tout son temps à chercher du travail, être disponible sur le marché de l’emploi, accepter un emploi jugé « convenable »… Ces obligations sont incompatibles avec le fait de suivre des études de plein-exercice dans une Haute Ecole.
Pour être « dispensé » de ces obligations, il est possible de demander une dispense auprès d’Actiris ou auprès du Forem. Il s’agit du seul moyen d’entamer des études de plein-exercice tout en continuant de toucher les allocations de chômage.
Pour que la dispense soit acceptée, il faut remplir plusieurs conditions* dont « avoir touché des allocations de chômage depuis au moins 1 an (312 allocations journalières) ». Vous devez absolument remplir cette condition, SAUF SI les études entreprises apparaissent sur la liste des études menant à une profession en pénurie (ce qui n’est effectivement pas le cas du bachelier sage-femme)
Vous trouverez toutes les informations ainsi que les conditions pour avoir une dispense en région Bruxelles-Capit ale sur le site d’Actiris : actiris.be/.../... . Si vous vivez en Wallonie, il faudra vous adresser au Forem : leforem.be/.../dispenses.html
Bon à savoir : dans le domaine paramédical, le bachelier soins infirmier fait partie de la liste des études menant à une profession en pénurie.

Si vous décidez d’abandonner les études de sage-femme, vous aurez en principe droit aux allocations de chômage. Si l’ONEM considère que vous avez volontairement quitté votre emploi - c’est-à-dire s’il considère que vous n’avez pas démissionné pour des motifs légitimes - il est possible que l’ONEM décide de vous sanctionner (c’est-à-dire de suspendre vos allocations durant un laps de temps variable d’un cas à l’autre ; voir www.onem.be/.../t47 )

Si vous renoncez aux allocations de chômage pour pouvoir continuer vos études, le seul organisme qui pourrait vous venir en aide serait le CPAS de votre commune. Il n’est cependant pas du tout certain qu’il accepte de vous aider si vous avez droit aux allocations de chômage mais que vous abandonnez ce droit pour poursuivre des études.

Concernant votre fille, la loi belge prévoit que chacun des parents séparés contribue (si possible à part égale) à l’entretien de l’enfant. Si votre fille est hébergée exclusivement (ou en grande partie) chez vous, vous pouvez demander au père de l’enfant une pension alimentaire.

Bien à vous,


Infor Jeunes
Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
02/733.11.93

www.jeminforme.be
www.mobilitedesjeunes.be
Répondre
 
 
# Gaëtanne 29-08-2016 09:04
Bonjour, qu'en est-il de sage-femme pour les métiers en pénurie ? Merci d'avance.
Répondre
 
 
# Infor Jeunes 29-08-2016 12:31
Bonjour Gaëtanne,

Pour l’année académique 2016-2017, le bachelier « sage-femme » ne fait pas partie de la liste des études qui mènent à un métier en pénurie, ni à Bruxelles (liste Actiris), ni en Wallonie (liste Forem). Pour bénéficier d’une dispense pour pouvoir faire des études de sage-femme si vous touchez des allocations de chômage, vous devrez donc – en plus des autres conditions - avoir déjà bénéficié de 312 allocations (environ 1 an de chômage).

Bien à vous,


Infor Jeunes
Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
02/733.11.93

www.jeminforme.be
www.mobilitedesjeunes.be
Répondre
 
 
# Charline 20-08-2016 10:50
Bonjour,

je suis actuellement au chômage depuis le mois d'avril et je souhaiterai reprendre des études d'infirmières hospitalières en septembre. ma demande de dispense pour continuer à recevoir mes allocations de chômage tout en faisant mes études a été refusée car je n'ai pas les 312 allocations. n'est ce pas un métier en pénurie? je m'étais bien renseignée et comme c'est un métier en pénurie on m'avait dit que ma dispense serait acceptée, comment se fait il que maintenant ma dispense a été refusée? merci d'avance
Répondre
 
 
# Infor Jeunes 22-08-2016 15:51
Bonjour Charline,

Dans quelle région habitez-vous ?

Si c’est en Région Wallonne seul le bachelier en soins infirmiers fait partie des professions en pénurie de mains d’œuvre pour 2016-2017 ( FOREM : leforem.be/.../... ). Il n’est pas possible d’obtenir une dispense sur base des études d’infirmier(ère ) hospitalier(ère ).
Si c’est en Région Bruxelloise, en effet pour l’année 2016-2017 cette option fait partie des métiers en pénurie dans l’enseignement secondaire. Il est donc possible de suivre l’option d’infirmier(ère ) hospitalier(ère ) dans une école de promotion sociale ou secondaire ordinaire. Si votre demande a été refusée par Actiris, vous devez bien vérifier que vous remplissiez bien toutes les conditions : actiris.be/.../... .

Bien à vous,

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
02/733.11.93

www.jeminforme.be
www.mobilitedesjeunes.be
Répondre
 
 
# Elisa 18-08-2016 18:57
Bonjour,

J'envisage de reprendre des études à temps plein en soins infirmiers. Je redeviendrai chômeuse complet indemnisée après le 26 août suite à un non-renouvellem ent de mon contrat (intérim). Ma dernière année d'étude en haute école date de 2013 mais ensuite j'ai fais une formation longue du Forem et une formation privée dans le transport aérien (2014 - 2015).
Suis-je tout de même dans les conditions pour obtenir une dispense?

Merci.
Répondre
 
 
# Infor Jeunes 23-08-2016 14:22
Bonjour Elisa,

Si vous remplissez l’ensemble des conditions ci-dessous (ce qui semble être votre cas*), vous pourrez obtenir une dispense dans le but de faire des études de plein-exercice en Bachelier soins-infirmier s :

° Vous êtes chômeur complet indemnisé (donc vous touchez des allocations ; ce qui sera bientôt votre cas mais le timing sera donc serré !)
° ET vous avez, à la date officielle du début de la première année scolaire (ou académique) du cycle d’études qui fait l’objet de votre demande de dispense, terminé depuis 2 ans au moins vos études ou votre apprentissage : ce qui est votre cas si vous avez terminé vos études en 2013 ;
° ET vous avez bénéficié d'au moins 312 allocations (= un an d'allocations) au cours des 2 années qui précèdent la date officielle du début de la première année scolaire (ou académique) du cycle d’études ;
OU vous n’avez pas bénéficié d’au moins 312 allocations, mais vous vous inscrivez pour des études qui préparent à des professions pour lesquelles il existe une pénurie significative de main d'œuvre : c’est le cas du bachelier soins infirmiers pour l’année 2016-2017.
Vous remplissez donc au moins cette deuxième condition.
° ET vous êtes inscrit comme élève régulier (pas comme élève libre) : ce sera votre cas si vous vous inscrivez en Haute Ecole ;
° ET vous reprenez des études d’un niveau équivalent ou supérieur aux études déjà suivies ou bien d’un niveau inférieur aux études déjà suivies à condition que ces études relèvent de l’enseignement supérieur (universitaire ou non)
° ET vous n'avez pas déjà un diplôme de fin d'études de l'enseignement supérieur (sauf dérogation exceptionnelle accordée par le directeur du Forem)

Pour rappel, une demande de dispense s’introduit avant de commencer les études en question. Vous trouverez toutes les informations sur la demande de dispense sur le site du Forem : leforem.be/.../...

* Même si vous semblez remplir les obligations, seul le Forem peut vous garantir à 100% que vous aurez droit à une dispense. En tant que centre d’information jeunesse, nous ne pouvons pas vous donner de certitude.

Bien à vous,


Infor Jeunes
Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
02/733.11.93

www.jeminforme.be
www.mobilitedesjeunes.be
Répondre
 

La une
d'Infor Jeunes

Infor Jeunes te propose un stage d’initiation aux techniques vidéo autour de la thématique Love No Hate (Amour Pas de haine), destiné à un public de 14 à 25 ans. Ensemble, nous découvrirons : les cadr...
Salle à louer à Schaerbeek, à proximité de la Place Dailly, pour différents types d'événements. Pour locations ponctuelles  Cours  Stages Ateliers Séminaires Conférences Réunions Formations ...
Partage de la vie privée, cyberharcèlement, discriminations liées au genre, injures, photos truquées ou obscènes, conflits et disputes partagés avec tous, la liste des risques liés aux réseaux sociaux...
Infor Jeunes propose des modules d’initiation à Internet, pour adultes. Cet atelier a pour but de donner aux stagiaires, les références nécessaires en matière de l’utilisation de l’informatique de bur...
Découvrez la nouvelle version de notre site web Mobilité internationale des jeunes : http://www.mobilitedesjeunes.be/ - Une consultation des contenus plus accessible- Une navigation sur différents su...