Etudes liées à une pénurie de main-d’oeuvre

25 Oct 2021 | Enseignement supérieur | 26 commentaires

image_pdfimage_print

Les études en pénurie

Chaque Service régional pour l’emploi met annuellement à jour une liste reprenant les professions pour lesquelles il existe une pénurie de main-d’oeuvre.
Comment expliquer ces pénuries? L’insuffisance de candidats est parfois liée à l’image qu’on se fait d’un métier, plus ou moins valorisante. C’est parfois, aussi dû à son manque d’attractivité (salaires, horaires, conditions de travail, temps de déplacement, précarité des contrats…). Il peut aussi s’agir du manque de gestion prévisionnelle des entreprises et des pouvoirs publics (lié au turn-over/rotation, aux départs en pension, cahiers de commandes, etc.).

Liste des études qui préparent à une profession pour laquelle il existe une pénurie significative de main-d’œuvre (article 93  de l’Arrêté Royal portant réglementation chômage 25.11.1991)

Cette liste vaut pour les cycles d’études entamés en septembre ou octobre.

Année scolaire ou académique 2021-2022

* En région bruxelloise, la liste des métiers en pénurie est la suivante :

Enseignement secondaire technique ou professionnel

  • Boucher
  • Climatisation, installations de réfrigération et de chauffage
  • Conducteur de travaux
  • Construction (peu importe la spécialité)
  • Cuisinier
  • Dessinateur industriel technique (peu importe la spécialité)
  • Dessinateur d’architecture
  • Electricité, installations électriques
  • Electronique
  • Infirmier (peu importe la spécialité)
  • Informatique
  • Installateur en sanitaire (peu importe la spécialité e.a. plombier, chauffage central, …)
  • Mécanique, électromécanique
  • Pâtissier – boulanger
  • Puériculteur
  • Techniques de transformation du métal et constructions métalliques (peu importe la spécialité, e.a. tourneur-ajusteur, outilleur, tôlier, chaudronnier, conducteur-régleur, tuyauteur, soudeur…)
  • Chimie
  • Travail du bois (peu importe la spécialité, dont notamment menuisier, charpentier…)
  • Chauffeur de camion poids lourd

Brevet de l’enseignement supérieur (BES)

  • Informatique (peu importe la spécialité)

Enseignement supérieur professionnalisant : bachelier (un cycle)

  • Bachelier agrégé de l’enseignement secondaire inférieur : langues germaniques, français, mathématique, sciences (biologie, physique, chimie), sciences humaines (géographie, histoire, sciences sociales), sciences économiques et cours techniques
  • Instituteur primaire (le cycle complet ou la formation de réorientation pour les instituteurs préscolaires visant à acquérir le titre d’instituteur primaire)
  • Certificat d’aptitudes pédagogiques (CAP) (1)
  • Enseignement technique supérieur, peu importe la spécialité (mécanique, électromécanique, électricité, électronique, climatisation, automatisation, chimie…)
  • Ergothérapie
  • Logopédie
  • Infirmier (peu importe la spécialité) (excepté bachelier-accoucheuse)
  • Informatique, peu importe la spécialité

Enseignement supérieur : baccalauréat et master (deux cycles)

  • Etudes universitaires d’agrégé de l’enseignement secondaire supérieur: langues germaniques, français, mathématique, sciences (biologie, physique, chimie), sciences humaines (géographie, histoire, sciences sociales) et sciences économiques
  • Informatique (peu importe la spécialité)
  • Ingénieur civil (peu importe la spécialité)
  • Ingénieur industriel (peu importe la spécialité)
  • Kinésithérapie et réadaptation
  • Littérature et langues modernes s’il y a au moins une langue germanique parmi les langues choisies
  • Médecine
  • Dentisterie
  • Traduction Fr-Nl / Nl-Fr
  • Sciences biomédicales
  • Sciences pharmaceutiques

(1) Ces études ne figuraient pas sur la liste en vigueur pour l’année scolaire précédente.

Source : Actiris 

* Liste des études des métiers en pénurie pour la région wallonne : « Liste wallonne des études qui préparent à une profession pour laquelle il existe une pénurie significative de main-d’œuvre »

* Liste des études des métiers en pénurie pour la région flamande : «Nederlandstalige lijst van studies die voorbereiden op een beroep waarvoor een significant tekort aan arbeidskrachten bestaat »

* Liste des études des métiers en région germanophone :  « DG-Liste der Ausbildungen, die auf einen Mangelberuf vorbereiten (Schuljahr 2019-2020) » (La liste 2021-2022 n’est pas encore sortie)

Les adresses des écoles bruxelloises dispensant ce type d’études ou de formations sont disponibles à la permanence d’Infor Jeunes.

Parallèlement, une liste des fonctions critiques (ou professions ou métiers) par région est également publiée tous les ans par Actiris à Bruxelles, le Forem  pour la Wallonie, le VDAB pour la Flandre, le ADG pour la Communauté germanophone.
Ce sont les métiers pour lesquels il y a un besoin constant de candidats notamment en raison de la grande rotation des travailleurs, de la pénurie de candidats ou du déséquilibre entre le profil exigé par les employeurs et les compétences des demandeurs d’emploi.

Attention, il ne faut pas confondre les listes des études préparant à une profession où il y a pénurie de main-d’oeuvre avec la liste des professions en pénurie publiée par le Service public régional de Bruxelles, le Service public de Wallonie et le Ministerie van de Vlaamse Gemeenschap qui permettent  d’obtenir plus facilement un permis de travail B (contrat de moins de 90 jours) ou un permis unique pour les résidents de longue durée d’un autre état membre de l’Union européenne.

Etudes en pénurie et dispenses

Les dispenses, accordées aux chômeurs, pour la reprise d’études menant à un métier en pénurie, sont de la compétence des régions. Actiris, le Forem, le VDAB, l’ADG et les organismes de paiement (CAPAC et syndicats) gèrent les procédures de demande de dispenses, les conditions d’octroi et donnent des informations aux demandeurs d’emploi.

Les demandeurs d’emploi qui suivent de telles études sont dispensés de certaines de leurs obligations, sachant que le contenu de cette dispense dépend du lieu de leur domicile. Ainsi, à Bruxelles, ils doivent rester inscrits comme demandeurs d’emploi (contrairement à la Wallonie), mais ne doivent pas rechercher activement un emploi et peuvent refuser un emploi proposé. Pour plus d’infos, consultez la feuille info « T58 » de l’ONEM « Vous êtes un chômeur indemnisé et vous souhaitez suivre des études, une formation ou un stage ? ».

Attention, les dispenses peuvent être aussi octroyées pour des études ne menant pas à un métier en pénurie. A Bruxelles, les conditions pour obtenir une dispense pour des études de plein exercice sont les suivantes :

  • Etre chômeur complet indemnisé ;
  • Etre inscrit comme élève régulier ;
  • Ne pas déjà avoir un diplôme de l’enseignement secondaire pour suivre des études secondaires ou de fin d’études de l’enseignement supérieur pour suivre des études supérieures (sauf dérogation accordée par le Service dispense d’Actiris) ;
  • Pour le supérieur, il faut en principe suivre des études menant à un métier en pénurie. Si ce n’est pas le cas, l’octroi de la dispense est alors laissé à l’appréciation du Service Dispenses d’Actiris.

Les formulaires à compléter pour obtenir une dispense de disponibilité sont disponibles sur le site de votre Service régional.
Pour Actiris, rendez-vous sur cette page-ci.

MAJ 2021

26 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sarah
8 jours il y a

Bonjour madame, monsieur,

Je souhaite reprendre des études d institutrice maternelle. Je me suis déjà bcp renseignée et suis au courant que les métiers touchant à l enseignement sont repris dans une liste spéciale sur le site de la fédération wallonie bruxelles. Je vis dans la région de Mons, la pénurie pour le métier d institutrice maternelle concerne la région bruxelloise et wallonie picarde ( pour l annee 2021 2022).
Ma question est la suivante : je suppose que je peux faire les études à mons ( et donc avoir droit à mon allocation de chômage) pour ensuite aller travailler sur les région concernée par la pénurie ? Il n est pas obligatoire de suivre les études sur le lieu même de la pénurie ??

Merci beaucoup

Je m informe
Administrateur
Répondre à  Sarah
8 jours il y a

Bonjour, Sarah.

Oui, vous pouvez suivre vos études à Mons et par la suite travailler à Bruxelles et dans toute la Wallonie, dans n’importe quel endroit où la profession est déclarée en pénurie.

En matière d’enseignement, ce ne sont pas les régions mais c’est la communauté française (ou la Fédération Wallonie-Bruxelles) qui est compétente. Que le diplôme soit obtenu à Mons, à Bruxelles ou ailleurs en Wallonie, il est valable sur l’ensemble du territoire de la communauté française.

Bien à vous.

Infor Jeunes Asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Ana
1 mois il y a

Bonjour,

J’ai 39 ans, je suis étudiante infirmière, et je suis aussi au chômage (mi-temps), avec une dispense pour les études jusqu’à fin septembre de 2022.

J’ai demandé à mon conseiller chômage VDAB si je pouvais travailler malgré la dispense pour les études. selon mon conseiller :

Je peux travailler, je peux même avoir un contrat de mi-temps sans perdre mon droit de chômage.

Mais, apparemment, je n’ai pas le statut étudiant car je suis au chômage. Est-ce que c’est correcte ça?

Car en tant qu’étudiante en dernière année, souvent des propositions pour travailler en tant qu’infirmière étudiante et c’est dommage ne pas avoir accès à la profession alors que je suis étudiant comme les autres. Est-ce que c’est une question de payement d’impôts? Je ne pourrais pas faire un contrat comme Aide Soignante mais travailler en tant qu’étudiante infirmière?

Merci d’avance

Je m informe
Administrateur
Répondre à  Ana
1 mois il y a

Bonjour Ana,

Si nous comprenons bien, vous êtes domiciliée en Flandre ? Si c’est le cas, le mieux est de contacter un service d’information spécialiste sur la législation flamande. Voici leur coordonnées : https://www.caw.be/contacteer-ons/

En ce qui concerne Bruxelles et la Wallonie, en effet, vous ne pouvez pas travailler sous contrat d’occupation étudiant lorsque vous avez une dispense de l’ONEM pour pouvoir étudier. Malgré le fait que vous étudiez, vous n’ouvrez pas ce droit d’exercer sous contrat d’occupation étudiant. Avant d’être étudiante, vous êtes en effet considérée comme une demandeuse d’emploi (avec dispense) et le statut de demandeur d’emploi est incompatible avec le statut d’étudiant jobiste (c’est l’un ou l’autre).

Bien à vous,

Infor Jeunes
339, Chée de Louvain
B-1030 Bruxelles
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Isabelle
2 mois il y a

Un résident ivoirien peut il venir se former en Belgique à 1 métier en pénurie

Je m informe
Administrateur
Répondre à  Isabelle
2 mois il y a

Bonjour Isabelle,

Un étudiant étranger peut demander à suivre des études en Belgique, il doit pour cela faire une série de démarches. Le fait que ce soit des études pour un métier en pénurie ne change pas la procédure. Vous retrouverez toutes ces informations ici sur notre site : https://www.jeminforme.be/venir-etudier-en-belgique/

Pour cela, il doit :

1) Faire une demande d’admission dans une Université ou une Haute-Ecole pour les études souhaitées. Vous retrouverez la liste des écoles ici : https://www.jeminforme.be/sites-utiles-3/
Attention à bien s’y prendre à l’avance. Il faut vérifier les délais à respecter auprès de l’école directement. Tout est repris sur cette page de notre site : https://www.jeminforme.be/equivalence-des-diplomes-etrangers/
Si vous avez déjà suivi des études supérieures dans votre pays ou ailleurs, vous pouvez directement envoyer votre demande d’admission dans une école supérieure belge, sans passer à titre préalable par le Service des équivalences.

2) Faire une demande d’autorisation de séjour provisoire (ASP) pour études auprès de l’ambassade. Il y a une série de documents à fournir :
– Un formulaire de demande de VISA complété et signé
– Des attestations : Pour des études supérieures (universitaire ou non) : attestation d’inscription définitive ou attestation d’admission ou de préinscription ou attestation d’inscription à un examen d’admission. Un seul de ces documents est suffisant pour introduire la demande d’ASP, une inscription définitive n’est donc pas obligatoire. De plus, il est impossible d’obtenir une inscription définitive sans être en possession d’un document de séjour valable en Belgique.
Pour des études dans l’enseignement à horaire réduit (promotion sociale) : une attestation d’inscription provisoire, un plan détaillé des études envisagées et une lettre de motivation. L’étudiant doit démontrer que ce sera son activité principale et la préparation ou le complément d’un enseignement de plein exercice.
Pour une année préparatoire (7ème année ou année de langue (12h/semaine minimum)) : un plan détaillé des études envisagées, une lettre de motivation et, dans la mesure du possible, une attestation établie par l’établissement visé autorisant la prise d’inscription au terme de l’année préparatoire.
– La preuve d’accès aux études supérieures (copie du diplôme et relevé de notes ou attestation de demande d’équivalence) (document de prise en compte ou décision définitive) ;
– Un passeport national d’une validité de 12 mois ;
– Un certificat médical délivré par un médecin agréé par l’ambassade belge ;
– Un certificat attestant l’absence de condamnations pour crimes ou délits de droit commun si l’étudiant a plus de 21 ans ;
– Une preuve des moyens de subsistance (compte bancaire régulièrement approvisionné, bourse, revenus provenant d’un travail ou un engagement de prise en charge). Peu importe le moyen de preuve. En 2021-2022, l’Office des Etrangers a arrêté le montant minimal dont un étudiant étranger doit pouvoir disposer à 679€ net/mois.
Attention, un seul document manquant peut faire retarder l’octroi de l’ASP.
– Payer une redevance de 209€ sachant que les étudiants boursiers sont dispensés de ce paiement.
L’ambassade peut demander d’autres documents en plus de ceux-ci.

Si sa demande de VISA est accepté, l’étudiant reçoit alors le VISA type D pour venir faire ses études en Belgique. Ensuite, une fois arrivé en Belgique, dans les 8 jours, il devra s’inscrire à l’administration communale où il réside. S’il a obtenu l’ASP sur base d’une attestation d’admission provisoire ou une attestation d’inscription à un examen d’admission, il obtiendra une attestation d’immatriculation (carte orange) valable quatre mois. Il devra ensuite fournir la preuve d’une inscription définitive au sein de l’établissement scolaire et recevra alors un CIRE, « séjour limité aux études », valable un an (expire le 31 octobre de chaque année), renouvelable tant qu’il continuera ses études.
La demande d’ASP peut éventuellement se faire à l’administration communale où le ressortissant hors EEE réside effectivement.

Si la demande est refusée, sachez qu’il y a la possibilité de faire un recours devant le Conseil du Contentieux des Etrangers, le Conseil d’Etat ou le médiateur fédéral. Ces procédures peuvent être complexes, nous conseillons de vous faire accompagner d’un avocat ou de vous rapprocher d’un bureau d’aide juridique : https://www.jeminforme.be/bureaux-d-aide-juridique/ .

Bien à vous,

339, Chée de Louvain
B-1030 Bruxelles
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

maj1254
3 mois il y a

Bonjour,
s’il vous plait, Je veux savoir si cette liste des métiers en pénuries
est ce que Le diplôme de bachelier en belgique nous qualifie pour y rejoindre ou bien inscrire?
Merci

Je m informe
Administrateur
Répondre à  maj1254
3 mois il y a

Bonjour, Maj

Nous ne sommes pas certains de bien comprendre votre préoccupation, mais vous pourrez toujours nous revenir si vous avez d’autres questions.

En Belgique francophone, les métiers en pénurie sont publiés chaque année par le Forem (https://www.leforem.be/content/dam/leforem/fr/documents/CP_Forem-liste-penuries.pdf) et par Actiris (https://www.jeminforme.be/wp-content/uploads/2021/12/AL-ListeEtudesMetiersPenurie-Actiris-20212022.pdf)

Les personnes qualifiées dans ces métiers ont l’avantage de trouver facilement du travail en Belgique. De plus, si elles sont des étudiants étrangers, elles ont la possibilité de convertir leur séjour étudiant en séjour basé sur le travail et ainsi rester de manière en Belgique avec un séjour consolidé.

Les ressortissants étrangers non encore établis en Belgique peuvent s’inscrire aux programmes qui donnent accès à ces métiers lorsqu’ils sont organisés par les universités, les hautes écoles, ou l’enseignement de promotion sociale de type supérieur. Vous ne pouvez pas vous inscrire aux formations qui correspondent aux études secondaires.

Il suffit de prendre contact avec l’établissement d’enseignement de votre choix pour savoir les conditions d’admission de chaque programme.

La liste des universités peut être consultées en cliquant sur ce lien : https://www.studyinbelgium.be/fr/les-universites-francophones-de-belgique

Les hautes écoles sont listées ici : https://www.studyinbelgium.be/fr/les-hautes-ecoles-francophones-de-belgique

Pour les établissements d’enseignement supérieur de promotion sociale, voir : https://www.mesetudes.be/enseignement-superieur/institutions/etablissements/promotion-sociale/

Bien à vous.

Infor Jeunes Asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

majda
Répondre à  Je m informe
3 mois il y a

Bonjour,

merci beaucoup pour votre réponse ,Mon cas : 

Je suis étudiante étrangère en Belgique et j’aimerais savoir s’il est possible après l’obtention de mon diplôme (Bachelier) – Ai-j’aurais le droit de travailler en Belgique avec un diplome de bachelier ou y a-t-il des conditions ? ? si oui, quelles sont les conditions?

Merci beaucoup .

Je m informe
Administrateur
Répondre à  majda
3 mois il y a

Bonjour, Majda.

Oui, vous pouvez travailler en Belgique après l’obtention de votre diplôme en Belgique. Le travail post-diplôme pourrait d’ailleurs vous aider à consolider votre séjour en Belgique. Après l’obtention de votre diplôme, la première étape est de trouver du travail dans le domaine de votre formation. Ensuite, demandez à votre employeur de demander le permis unique en votre faveur.

Vous pourriez aussi consolider votre séjour en lançant votre propre entreprise (travailleur indépendant). Dans ce cas, vous devez obtenir une carte professionnelle.

La démarche du permis unique est introduite par l’employeur dans la Région du lieu de travail principal du travailleur, suivant le processus décrit sur le site de l’Office des étrangers : https://dofi.ibz.be/fr/themes/ressortissants-dun-pays-tiers/travail/permis-unique

Pour la carte professionnelle, voir : https://emploi.wallonie.be/home/travailleurs-etrangers/carte-professionnelle.html (en Wallonie)
https://economie-emploi.brussels/carte-professionnelle (à Bruxelles)

Sachez d’ailleurs que depuis le 15 août 2021, de nouvelles dispositions ont été adoptées et offrent la possibilité aux étudiants hors UE de prolonger leur séjour en Belgique pour chercher un emploi ou pour exercer une activité indépendante (année de recherche). Pour avoir droit à cette année de recherche, l’étudiant qui a terminé ses études doit se présenter à la commune au minimum 15 jours avant l’expiration de son titre de séjour afin de faire la demande du prolongement de séjour.
Cette nouvelle possibilité ne change rien en ce qui concerne l’accès au marché du travail pour les ressortissants des pays hors Union européenne diplômés en Belgique. Ils devront quand même introduire une demande de permis unique ou faire une demande de carte professionnelle dans le cas où ils trouvent un emploi ou lancent leur entreprise. Autrement dit, la possibilité de rester en Belgique n’offre aucun avantage en termes de permis de travail. Ainsi l’étudiant qui a terminé ses études ne pourra plus travailler sous contrat étudiant et devra entamer les démarches pour obtenir un permis unique dans le cas où un employeur lui propose un contrat de travail ou une carte professionnelle s’il souhaite devenir indépendant.
Bien à vous,

Infor Jeunes Asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

majda
Répondre à  Je m informe
3 mois il y a

Bonjour,

Mais j’ai remarqué sur le site «  »https://economie-emploi.brussels/permis-unique-permis-travail » » qu’il y a un cas exceptionnel où vous n’avez pas besoin de demander un permis de travail (surtout pour un étudiant)?
s’il vous plait, Je peux avoir une explication ?

  • 1) Le ressortissant étranger se trouve dans une situation particulière de séjour. Il n’a pas besoin de permis pour travailler en Belgique
  • .les ressortissants de l’Union européenne, d’Islande, de Norvège, du Liechtenstein ou de Suisse ;
  • les étudiants, candidats réfugiés, personnes avec statut de protection subsidiaire, pour raisons humanitaires, en regroupement familial, …

Merci beaucoup.

Je m informe
Administrateur
Répondre à  majda
3 mois il y a

Bonjour, Majda.

Ci-après les réponses à vos questions :

1° Chaque service régional pour l’emploi met régulièrement à jour une liste reprenant ces professions pour lesquelles il existe une pénurie significative de main-d’œuvre.

Il faut donc consulter régulièrement les sites web de chaque service régional pour l’emploi pour avoir des informations à jour. Il n’existe pas une date fixe de publication.

Ci-après la liste des fonctions critiques et métiers en pénurie de chaque région. Les métiers critiques sont ceux pour lesquels les offres d’emploi sont moins facilement satisfaites et pour lesquels le délai pour recruter est plus long. Les métiers en pénurie de main d’œuvre sont un sous-ensemble des professions critiques pour lesquelles il existe une pénurie significative de main-d’œuvre :

FOREM (région wallonne) : https://www.leforem.be/former/horizonsemploi/metier/index-demande.html

ACTIRIS (Région de Bruxelles-Capitale) : https://www.actiris.brussels/fr/citoyens/choisir-mon-futur-metier/

VDAB (Région flamande) : https://www.vdab.be/trends/knelpuntberoepen

2° Pour occuper un ressortissant non-européen en Belgique, il faut généralement demander une autorisation de travail. Si la demande est approuvée, le ressortissant étranger reçoit soit un permis de travail (qui est valable maximum 90 jours), soit un permis obtenu via la procédure du permis unique. Un « permis unique » atteste du droit à séjourner et à travailler en Belgique pour une période de plus de 90 jours.

Toutefois, dans certains cas, il ne faut pas demander d’autorisation de travail auprès de la Région car le ressortissant étranger est dispensé de permis de travail. Cela dépend de la situation de séjour du travailleur et de la durée du travail en Belgique. Vous trouverez par exemple que les étudiants sont dispensés de demander un permis de travail uniquement dans le cadre de leur job étudiant (pour un maximum de vingt heures par semaine) ou pendant les vacances scolaires. S’ils veulent effectuer un travail ordinaire en plein temps en dehors des vacances scolaires, les étudiants doivent obtenir un permis de travail unique.

Ci-après les personnes qui peuvent travailler en Belgique sans autorisation de travail du fait de leur situation de séjour :

– les ressortissants des Etats membres de l’Espace économique européen ainsi que les ressortissants de la Confédération suisse
– les ressortissants étrangers en possession de l’un des documents prévus par l’arrêté royal du 30 octobre 1991 relatif aux documents de séjour en Belgique de certains étrangers pour l’exercice des fonctions qui donnent droit à l’obtention de ces documents
– le conjoint et les enfants de moins de 18 ans des ressortissants visés au point précédent, si ces derniers sont ressortissants d’un pays lié avec la Belgique par un accord de réciprocité, et selon les dispositions de cet accord de réciprocité
– uniquement dans le cadre de leur contrat d’apprentissage ou de leur formation en alternance, les ressortissants de pays tiers, engagés comme apprenti avant l’âge de 18 ans, dans les liens d’un contrat d’apprentissage ou de formation en alternance agréé par l’autorité qui en a la compétence
– les réfugiés reconnus en Belgique
– uniquement dans le cadre du stage, les ressortissants étrangers qui effectuent comme étudiant des stages obligatoires en Belgique, pour les besoins de leurs études effectuées en Belgique, dans un Etat membre de l’Espace économique européen ou dans la Confédération suisse
– les ressortissants étrangers, détenteurs d’un certificat d’inscription au registre des étrangers, séjour temporaire, conforme au modèle figurant à l’annexe 6 de l’arrêté royal du 8 octobre 1981, pour autant que ce document soit détenu par une personne appartenant à l’une des catégories suivantes :
– les apprentis, engagés dans les liens d’un contrat d’apprentissage ou de formation en alternance, agréé par l’autorité qui en a la compétence, uniquement pour les prestations de travail dans le cadre de leur apprentissage ou de leur stage en alternance
– les personnes autorisées au séjour, aux fins d’études en Belgique, qui sont inscrites dans un établissement d’enseignement en Belgique, uniquement pour les prestations de travail : pendant les vacances scolaires ou, pour autant que leur occupation n’excède pas vingt heures par semaine et qu’elle soit compatible avec leurs études, en dehors des vacances scolaires ;
– les bénéficiaires d’un accord international « vacances-travail » liant la Belgique, dans les limites prévues par cet accord;
– les personnes autorisées au séjour en application des articles 9, 9bis, 9ter et 13 de la loi du 15 décembre 1980;
– les personnes bénéficiant du statut de protection subsidiaire, durant la période pendant laquelle leur séjour est limité;
– les personnes autorisées à séjourner en tant que bénéficiaires de la protection temporaire visée à l’article 57/29 de la loi du 15 décembre 1980 par le Ministre qui a l’accès au territoire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étrangers dans ses compétences ou par son délégué;
– les mineurs étrangers non accompagnés (MENA), tels qu’ils sont visés à l’article 61/14 de la loi du 15 décembre 1980 précitée dans le cas où la solution durable reconnue est le séjour en Belgique conformément à l’article 61/20 de la même loi;
– les personnes, ayant obtenu une décision définitive favorable quant à un droit de séjour sur la base de l’article 10 ou 10bis de la loi du 15 décembre 1980 précitée, à l’exception des membres de la famille d’un étudiant;
– les personnes autorisées au séjour, dans le cadre des mesures de lutte contre la traite des êtres humains;
– le conjoint et les enfants des ressortissants en possession de l’un des documents prévus par l’arrêté royal du 30 octobre 1991 relatif aux documents de séjour en Belgique de certains étrangers pour l’exercice des fonctions qui donnent droit à l’obtention de ces documents
-les ressortissants étrangers détenteurs d’un certificat d’inscription au registre des étrangers d’une durée illimitée, conforme au modèle figurant à l’annexe 6 de l’arrêté royal du 8 octobre 1981
-les ressortissants étrangers détenteurs d’une carte d’identité d’étranger, conforme à l’annexe 7 de l’arrêté royal du 8 octobre 1981
– les ressortissants étrangers détenteurs d’une carte « résident de longue durée – CE » délivrée par la Belgique, conforme à l’annexe 7bis de l’arrêté royal du 8 octobre 1981
– les ressortissants étrangers détenteurs d’une « carte de séjour de membre de la famille d’un citoyen de l’Union », conforme à l’annexe 9 de l’arrêté royal du 8 octobre 1981
-les ressortissants étrangers détenteurs d’une « carte de séjour permanent de membre de la famille d’un citoyen de l’Union », conforme à l’annexe 9bis de l’arrêté royal du 8 octobre 1981
– les ressortissants étrangers invoquant le droit au séjour sur la base de l’article 40bis ou 40ter de la loi du 15 décembre 1980, en possession, durant la période d’examen de la demande de reconnaissance du droit au séjour d’un document conforme au modèle figurant à l’annexe 19ter de l’arrêté royal du 8 octobre 1981
-les ressortissants étrangers, conjoints de Belges ou de ressortissants d’un Etat membre de l’Espace économique européen, en possession d’un document conforme au modèle figurant à l’annexe 15 de l’arrêté royal du 8 octobre 1981 en qualité de travailleur frontalier, tant que ces personnes disposent, dans l’Etat de leur résidence, d’un droit ou d’une autorisation de séjour de plus de 90 jours
-les ressortissants étrangers, détenteurs d’une attestation d’immatriculation, modèle A, conforme à l’annexe 4 de l’arrêté royal du 8 octobre 1981, pour autant que ce document soit détenu par une personne appartenant à l’une des catégories suivantes :
– les personnes invoquant le bénéfice d’un droit de séjour sur la base de l’article 10 ou 10bis de la loi du 15 décembre 1980, pendant la période d’examen de la demande de reconnaissance droit au séjour, à l’exception des membres de la famille d’un étudiant;
-les personnes qui, dans le cadre de la lutte contre la traite des êtres humains, ont reçu une autorisation de séjour d’au moins 90 jours;
-les demandeurs de protection internationale (= les demandeurs d’asile) qui, quatre mois après avoir introduit leur demande de protection internationale, n’ont pas reçu de notification de décision du Commissariat général aux Réfugiés et aux Apatrides rejetant la demande, et ce, jusqu’à la décision définitive dans le cadre d’une demande de protection internationale, telle que visée à l’article 1, § 1er, 19°, de la loi du 15 décembre 1980 ;

en cas de recours devant le Conseil du Contentieux des Etrangers et jusqu’à ce qu’une décision soit notifiée par celui-ci, les ressortissants étrangers détenteurs d’un document conforme au modèle figurant à l’annexe 35 de l’arrêté royal du 8 octobre 1981, pour autant que ce document soit détenu par une personne appartenant à l’une des catégories suivantes :
– les personnes invoquant le bénéfice d’un droit au séjour sur la base de l’article 40bis ou 40ter de la loi du 15 décembre 1980;
-les personnes invoquant le bénéfice d’un droit au séjour sur la base de l’article 10 ou 10bis de la loi du 15 décembre 1980, à l’exception des membres de la famille d’un étudiant;
-les demandeurs de protection internationale (= demandeurs d’asile) qui, quatre mois après avoir introduit leur demande de protection internationale, ont été autorisés à travailler en application de l’article 18, 3°, pour autant que le recours précité devant le Conseil du Contentieux des Etrangers ait été introduit avant le 22 mars 2018 ;
– les ressortissants étrangers qui remplissent les conditions visées aux articles 4 et 7 à 19 de l’arrêté royal du 2 septembre 2018 mais qui, temporairement, sont en possession d’un document établi conformément à l’annexe 15 de l’arrêté royal du 8 octobre 1981 pendant la période durant laquelle ils sont en attente de la délivrance du document de séjour

Source : Arrêté royal du 2/09/2018 portant exécution de la loi du 9 mai 2018 relative à l’occupation de ressortissants étrangers se trouvant dans une situation particulière de séjour

Bien à vous.

Infor Jeunes Asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
https://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Simo
1 année il y a

Bonjour,

Je suis étudiant HUE en AESS*, j’aimerais savoir si l’obtention de ce diplôme va me permettre d’accéder facilement au marché du travail belge et me dispenser de certaines formalités complexes imposées aux résidants HUE.

(* ces études préparent à une profession pour laquelle il existe une pénurie significative de main-d’œuvre).

Merci d’avance.

Infor Jeunes
Répondre à  Simo
1 année il y a

Bonjour Simo,

Nous vous invitons à prendre connaissance des métiers en pénurie sur le territoire belge via ce site Internet :
https://www.belgium.be/fr/emploi/venir_travailler_en_belgique/permis_de_travail

Pour connaitre les démarches administratives à effectuer pour venir travailler en Belgique, vous trouverez toutes les informations utiles via ce site « Mobilité des Jeunes »
https://www.mobilitedesjeunes.be/index.php/venir-en-belgique/travailler-en-belgique/immigration-autorisation-de-sejour-permis-de-travail

A notre connaissance, le fait qu’il s’agit d’un métier en pénurie de vous dispenserait pas d’effectuer ces démarches. Nous vous invitons à prendre contact avec l’Association pour le droit des étrangers : https://www.adde.be/newsflash/nous-contacter

Bien à vous.

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Mélissa
1 année il y a

Bonjour,

J’ai commencé des études en septembre 2019, un bachelier repris dans la liste pour l’année 2021 d’Actiris « des études qui préparent à une profession pour laquelle il existe une pénurie significative de main-d’œuvre ». Actuellement, je suis en bloc 2, et serai en bloc 3 à la rentrée de septembre 2021.
J’ai 29 ans et je n’ai jamais bénéficié d’allocations chômage ni jamais été inscrite comme demandeuse d’emploi, et j’ignorais complètement qu’il existait une dispense lorsque j’ai commencé à travailler, tout en reprenant ces études par la suite.
Au vu des conditions d’admission, je doute très fort que les services concernés me donnent une suite favorable, mais existe-t-il éventuellement des dérogations ou autres ? Merci beaucoup.

Infor Jeunes
Répondre à  Mélissa
1 année il y a

Bonjour Mélissa,

Dans un premier temps, vous pouvez toujours contacter les services de Actiris (0800 35 123) pour vérifier ce qu’il conviendrait éventuellement de faire. C’est par eux que vous devez passer si vous êtes domiciliée à Bruxelles. Ils sont les mieux placés pour vous renseigner à ce sujet.

Bien à vous.

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Ruvii
1 année il y a

Bonjour,

Je suis en 2 ème Orthoptie (métier en pénurie)

J’aimerais savoir si c est possible de travailler conne étudiants dans le domaine de l’orthoptie en troisième année?
Sachant que c est un métier en pénurie total.

Bien à vous.

Infor Jeunes
Répondre à  Ruvii
1 année il y a

Bonjour Ruvii,

Pour une réponse précise, nous vous conseillons de contacter ce service :
https://www.orthoptie.be/fr/contact
ou le SPF santé:
https://www.health.belgium.be/fr/sante/professions-de-sante/professions-paramedicales/orthoptiste#liste
Contact center: 02/524 97 97
Les consultations médicales nécessitent l’obtention d’un diplôme. Vous pouvez toujours contacter des cabinets ou hôpitaux et poser votre candidature, mais vous ferez certainement des tâches d’accueil ou de traitement de dossier.
Champs d’action
https://www.orthoptie.be/fr/orthoptie/qu-est-ce-que-l-orthoptie
L’orthoptiste peut travailler dans différents secteurs :
• Consultations d’orthoptie, strabisme ou neuro-ophtalmologie
• Service d’ophtalmologie pédiatrique
• Service Basse Vision
• Service d’Ophtalmologie en Polyclinique
• Assistance et instrumentation lors d’opérations ophtalmologiques.
Mais aussi
• Consultation privée avec un ophtalmologue
• Orthoptiste indépendant
• Centre de rééducation pour déficients visuels
• ONE, Centre PMS (médecine scolaire) dans le cadre du dépistage visuel
L’orthoptiste travaille aussi bien avec les enfants qu’avec les adultes.
Pour des jobs étudiant dans le domaine paramédical vous pouvez visiter le site suivant :
https://pro.guidesocial.be/etudiant/

Bien à vous.

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

caroline
1 année il y a

Bonjour, je suis demandeuse d’emploi et j’entreprends des études d’infirmière. Ai-je droit au gel de la dégressivité des allocations de chômage comme une personne qui est en formation ou en stage (deal pour l’emploi: La dégressivité des allocations de chômage sera gelée pour les demandeurs d’emploi qui suivent une formation ou un stage pour un métier en pénurie). merci pour votre réponse

INFOR JEUNES
Répondre à  caroline
1 année il y a

Bonjour Caroline,

Si vous avez obtenu une dispense pour suivre une formation professionnelle à temps plein, le montant de vos allocations sera maintenu. Il ne diminuera donc pas du fait de la dégressivité à condition que la formation professionnelle ait duré au moins 4 semaines et que vous suiviez des études de plein exercice préparant à un métier en pénurie.

Vous pouvez reprendre des études de plein exercice qui préparent à une profession où existe une pénurie significative de main d’œuvre et demander une dispense.

C’est le cas en Wallonie pour des études d’infirmières en soins généraux et en soins spécialisés et à Bruxelles pour infirmières en gériatrie, en pédiatrie et santé communautaire.

Pour obtenir une dispense, vous devez vous présenter à votre organisme de paiement et faire compléter un formulaire C93 par l’établissement d’enseignement où vous désirez suivre la formation.

Pour bénéficier de la dispense, ces études doivent être: organisées, subventionnées ou reconnues par une Communauté; soit d’un niveau équivalent ou supérieur aux études déjà suivies; soit d’un niveau inférieur aux études déjà suivies, à condition qu’elles relèvent de l’enseignement supérieur. Vous devez suivre les cours en journée durant la semaine.

Pendant votre période d’études : vous continuerez à percevoir vos allocations de chômage et serez dispensé de certaines obligations : vous pouvez refuser un emploi proposé, vous ne devez plus être disponible sur le marché de l’emploi, vous ne devez plus être inscrit comme demandeur d’emploi.
Si vous suivez des études portant sur plusieurs années, la demande doit être renouvelée chaque année.

Plus d’information :
https://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/t58#h2_3

https://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/t55-0

Cordialement.

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

Louise
1 année il y a

Bonjour, je suis nouvellement inscrite chez Actiris comme demandeuse d’emploi et je me réinscrit dans une haute école pour faire un cursus de régent FLE, métier en pénurie. Savez-vous à qui je dois m’adresser pour m’informer sur une éventuelle aide/bourse pour cette formation à temps plein ?
En vous remerciant,

Infor Jeunes
Répondre à  Louise
1 année il y a

Bonjour Louise,

Pour pouvoir répondre plus précisément à votre question, pouvez-vous nous indiquer si vous percevez des allocations de chômage ou d’insertion?

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Schaerbeek
02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

ALAMI
1 année il y a

Bonjour ,

Je vous adresse ce message afin de vous demander des informations à propos la demande d’emploi en Belgique où un outil pour pouvoir me déplacer en Belgique pour construire ma carrière là bas .
J’ai obtenu en 2018 un diplôme d’ingénieur d’état en industrie agroalimentaire à la faculté de sciences et techniques de Fès Maroc , et j ai un autre diplôme de Du des compléments alimentaires à l université de Bordeaux , obtenu en 2019 , pour le moment je suis au Maroc , et je voudrais me déplacer en Belgique pour construire ma carrière professionnelle là bas , pour cette raison je cherche un outil qui me permet de réaliser ce but , est ce que c’est possible de faire une formation d’un an et me déplacer en Belgique où bien de préférence de chercher un contrat de travail ,si oui comment faire ? Quel est le processus ? Et à votre avis quel est votre conseil pour mon cas ? Si vous avez des informations complémentaires je serai très reconnaissante .
Je vous remercie d’avance.
Dans l’attente de votre réponse je vous prie de croire mon profond respect.

Infor Jeunes
Répondre à  ALAMI
1 année il y a

Bonjour Alami,

Pour venir travailler en Belgique, il vous faut effectuer certaines démarches ainsi qu’obtenir des autorisations. Voici un site qui les reprend toutes :
https://www.belgium.be/fr/emploi/venir_travailler_en_belgique

N’hésitez pas si vous avez d’autres questions,

InforJeunes asbl
339. Chaussée de Louvain
1030 Bruxelles
Tel : 02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be

koffi
2 années il y a

bonjour !
je reside en Italie et jai un permis de sejour de resident a duree illimitee UE ,jaimerai savoiir si je peux postuler pour une des formations que vous offrez et les documentation necessaire pour y acceder.
merci d’avance

Infor Jeunes
Répondre à  koffi
2 années il y a

Bonjour Koffi,

J’ai besoin de plus d’information de votre part pour répondre à votre question.
Quelle formation voulez-vous entamer ?

InforJeunes asbl
339. Chaussée de Louvain
1030 Bruxelles
Tel : 02/733.11.93
inforjeunes@jeminforme.be
http://www.jeminforme.be
http://www.mobilitedesjeunes.be