Recevez notre newsletter

Fédération Wallonie-BruxellesActirisCoCoF

Infor Jeunes asbl

Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
Tél.: 02 733 11 93
inforjeunes[a]jeminforme.be
www.jeminforme.be

Recours contre une décision d'exclusion définitive ou un refus de réinscription

Il peut arriver qu'un étudiant soit renvoyé définitivement d'une école secondaire ou que l’école refuse sa réinscription*. La décision repose sur une réglementation stricte et l'école doit suivre obligatoirement une procédure précise.
Si vous êtes en désaccord avec la décision d’exclusion prise (ou la décision de refus de réinscription), ou si la procédure n’a pas été respectée, il est possible d'introduire un recours contre cette décision.

*Un refus de réinscription signalé entre le 1er juillet et le 5 septembre est considéré comme une exclusion définitive. Il est donc soumis à la même procédure obligatoire qu’une exclusion définitive et doit être justifié de la même manière.

La décision d'exclusion définitive ou le refus de réinscription

L’exclusion d’un élève ou le refus de réinscription sont en principe des mesures de dernier ressort. Pour en arriver là, il faut obligatoirement (à l’exception des élèves majeurs qui deviennent élèves-libres) que l'élève ait commis un «fait grave».
Bien que la règlementation définisse quels faits peuvent être considérés comme étant « graves » (voir ci-dessous), dans la pratique ce n’est pas toujours évident à déterminer.
Il est tout d'abord important de préciser que les faits reprochés à l'élève doivent être d'ordre disciplinaire (par exemple: de mauvais résultats scolaires ne peuvent pas justifier une exclusion). L'élève doit également être le responsable des faits dont il est accusé (par exemple: il ne peut pas être renvoyé suite à une bagarre qui aurait éclaté entre son père et son titulaire). L'école doit être en mesure d’apporter la preuve de sa culpabilité.
En outre, un élève ne peut pas être exclu à cause d’un fait pour lequel il a déjà été sanctionné (par une sanction moins grave). Un fait nouveau doit obligatoirement justifier le renvoi. Toutefois, une décision d’exclusion peut faire référence à des faits antérieurs pour lesquels l’élève a déjà été sanctionné (ex : l’élève X a commis un vol avec violence le 15 février 2017. Il est exclu pour ce motif : le fait qu’il ait été exclu provisoirement quelques mois auparavant pour un fait similaire a fait pencher la balance vers la procédure d’exclusion).

Les articles 81 et 89 du Décret Missions (Décret missions du 24 juillet 1997 (mis à jour 10 août 2016) définissent les faits graves qui peuvent justifier une exclusion.

Un élève peut ainsi être exclu pour :

  • avoir porté sciemment (c’est-à-dire volontairement) atteinte à l'intégrité physique, psychologique ou morale d'un membre du personnel ou d'un élève
    (ex: coups et blessures volontaires contre un élève ou un professeur dans ou hors de l'école);
  • OU avoir compromis l'organisation ou la bonne marche de l'établissement : introduction ou détention à l'école ou dans son voisinage d'armes, d'objets pouvant causer des blessures, de stupéfiants (par exemple du cannabis) ou d'alcool;
  • OU avoir fait subir un préjudice matériel ou moral grave : extorsion avec violence ou menaces de fonds, valeurs, objets ou promesses d'un élève ou d'un membre du personnel dans l'école ou hors de l'école (le racket**); exercer sciemment et de manière répétée une pression psychologique insupportable sur un autre élève ou un membre du personnel, par des insultes, injures, calomnies ou diffamation;
  • OU des faits commis par quelqu'un d'extérieur à l'école, à l'instigation ou avec la complicité d'un élève de l'école

 

ATTENTION, il existe une situation dans laquelle un « fait grave » n’est pas nécessaire : un élève majeur qui a plus de 20 demi-journées d’absences non-justifiées et qui devient élève libre peut être renvoyé définitivement de l’école pour ce simple motif.

IMPORTANT : si une direction PEUT exclure un élève pour un des faits graves cités ci-dessus (ou un élève majeur qui devient élève libre), cela ne signifie pas qu’elle est obligée d’exclure un élève coupable d’un de ces faits.
Chaque élève fautif ne sera donc pas systématiquement renvoyé, l'école va d'abord évaluer sa situation globale, notamment son dossier disciplinaire. En effet la gravité des faits est prise en compte mais aussi leur fréquence. Par exemple l'accumulation de faits de moindre gravité peut être motif de renvoi. Inversement, un élève qui commet un fait grave pour la première fois et qui se comporte généralement bien peut échapper à une exclusion définitive.

Par ailleurs, une série de garde-fous existent pour décoder, informer des comportements d'un élève avant d'en arriver à cette décision d'exclusion qui est une décision grave. Les parents ou l'élève sont en général avertis des différents faits par un rendez-vous chez le (la) directeur (trice) de l'école, le CPMS ou durant les réunions de parents. Il y a toute une panoplie de mesures qui peuvent être prises avant l'exclusion définitive des remarques ou rappels à l'ordre à l'exclusion temporaire. N'oublions pas que l'exclusion définitive entraîne souvent d'autres problèmes que l'exclusion elle-même (et sa conséquence directe qui est la recherche d'une nouvelle école) elle a aussi des conséquences morales pour l'élève et peut remettre en cause sa scolarité.

Procédure d'exclusion définitive ou de refus de réinscription

Un élève ne peut pas être exclu du jour au lendemain sans qu'une procédure ait été respectée. Cette procédure doit notamment permettre à l’élève (ou à ses parents) d’être entendu et de pouvoir se défendre.
En voici les étapes obligatoires :

  • Etape 1 : la convocation par courrier recommandé à une audition
    Avant toute exclusion définitive, la direction de l'école convoque l'élève majeur ou l'élève mineur avec ses parents (ou la personne investie de l'autorité parentale). Cette convocation doit se faire par lettre recommandée avec accusé de réception.
    La convocation doit expliquer clairement, précisément et concrètement les faits reprochés et annoncer qu'une procédure pouvant conduire à l'exclusion définitive est commencée.
    Les faits ne doivent donc pas être repris de manière trop générale (ex : agression physique contre une élève), mais détaillés de manière précise (ex : le 12 avril 2017 à midi, l’éducateur M. X a vu votre fille Mlle. Y en train de donner un coup de poing à l’élève Mlle Z suite à une dispute). Il est important que l’élève et ses parents sachent exactement quels sont les faits reprochés et que l’élève risque l’exclusion pour ces faits.
    La direction doit obligatoirement prévoir un délai minimum de 4 jours ouvrables entre la notification du courrier et le jour où a lieu l'audition. En effet, l'élève et ses parents ont un droit de défense, ils doivent donc pouvoir préparer leur argumentation. C’est pourquoi l’élève majeur ou le parent de l’élève mineur est en droit de consulter ou d’obtenir une copie du dossier disciplinaire, préalablement à l'audition. L’audition peut cependant avoir lieu avant le délai des 4 jours si les parents ou l’élève majeur demandent à être entendus avant l’expiration du délai légal.

  • Etape 2 : l’audition devant la direction
    Durant l'audition
    , la direction de l'école décrit les faits reprochés à l'élève et entend celui-ci et ses parents. Ceux-ci ont le droit d'être accompagné d'une personne qu'ils ont choisie (quelqu'un de la famille, ami, professeur, juriste, etc...).
    Ils peuvent consulter le dossier disciplinaire tenu par l'école. Les avis de chacun et les éléments apportés par l'élève et/ou ses parents seront repris dans un procès-verbal rédigé durant cette audition. Après lecture attentive, la direction, l'élève majeur ou les parents de l'élève mineur signeront le procès-verbal. Ils peuvent faire précéder leur signature de remarques ou commentaires ou joindre une note.
    Si l’élève ou ses parents refusent de signer le procès-verbal, ce refus est constaté par un membre du personnel de l’école. La procédure se poursuit ensuite normalement.
    S'il n'y a personne à l'audition, un procès-verbal de carence (d'absence) est rédigé et la procédure continue.

  • Etape 3 : la concertation et la décision
    Après l'audition, la direction de l'école demande l'avis du Conseil de classe et du CPMS qui se prononcent sur le bien-fondé d'un renvoi définitif. Rencontrer la personne du CPMS avant est donc très important parce qu'elle ne connait pas toujours l'élève et cela lui permettra peut-être d'amener d'autres éléments au moment de donner son avis. Cependant, les avis du Conseil de classe et du CPMS ne sont qu'informatifs et pas décisionnels.
    Seuls la direction ou le Pouvoir organisateur (PO) peuvent prendre la décision de renvoyer définitivement ou pas l'élève. Si le renvoi est décidé, la direction (ou le Pouvoir organisateur) doit alors envoyer une lettre recommandée expliquant les raisons de la sanction, les voies de recours et ses modalités.
    L’avis du Conseil de classe et du CPMS doit être annexé à ce courrier recommandé.

  • Etape 4 : l’inscription dans une nouvelle école
    Après cette décision, une copie du dossier disciplinaire de l'élève est envoyée à la Commission zonale des inscriptions. C'est cette commission qui va proposer l'inscription de l'élève dans une autre école (n’importe où, où il y a de la place en Communauté française). Elle peut imposer à une école d'inscrire un élève. Si l'élève ne veut pas être envoyé dans une école qu'il n'a pas envie de fréquenter ou qui se trouve hors de la ville où il vit, il doit chercher par lui-même une autre école. Il peut se faire aider par le CPMS de son ancienne école ou par d'autres services comme les centres d'information.


Si la Commission zonale ne trouve pas d'école, elle en avise l’Administration du Ministère de la Communauté française qui transmet le dossier au/à la Ministre afin qu’il/elle statue sur l’inscription de l’élève dans une école de la Communauté française.
Si la Commission zonale considère que les faits reprochés à l'élève sont extrêmement graves, elle peut demander l'avis du Conseiller d'Aide à la jeunesse si l'élève est mineur.
Les commissions zonales travaillent par réseau: écoles de la Communauté française, écoles officielles subventionnées (communes et provinces), écoles libres subventionnées (libre catholique) et les écoles libres subventionnées indépendantes.

Dans le cas d’une école subventionnée (mais non-organisée) par la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Pouvoir organisateur peut proposer à l’élève une place dans un autre établissement qu’il organise. Si le Pouvoir organisateur n’a pas d’autres établissement mais qu’il adhère à un organisme coordinateur (ex : une fédération d’établissement secondaires) il peut aussi demander à cet organisme coordinateur d’orienter l’élève exclu vers un établissement qu’il coordonne. Si le Pouvoir organisateur ne peut proposer à l'élève exclu son inscription dans un autre établissement, il envoie une copie du dossier disciplinaire de l'élève exclu à la Direction générale de l'enseignement obligatoire.

IMPORTANT : dans la pratique, il est recommandé de rechercher une nouvelle école au plus vite – sans forcément attendre la décision de la Commission zonale des inscriptions. Une école secondaire a l’obligation d’accepter un élève mineur qui a été exclu, sauf si elle n’a plus de places disponibles dans l’enseignement suivi par l’élève. Lorsqu’elle n’a plus de place, elle doit fournir aux parents une « attestation de demande d’inscription » dans laquelle le refus pour manque de place est indiqué.
Rappelons qu'il n'y a pas d'obligation pour une école d'inscrire un élève majeur qui a été exclu.

  • Ecartement provisoire d’un élève durant la procédure d’exclusion
    Durant la procédure d'exclusion, si les faits reprochés sont graves et le justifient, la direction (s’il s’agit d’une école organisée par la Communauté française) ou le pouvoir organisateur (ou son délégué, s’il s’agit d’une école subventionnée mais non-organisée par la Communauté française – selon le cas, le pouvoir organisateur peut être une commune, une province, une asbl…) peuvent écarter provisoirement l'élève pour une durée maximale de 10 jours d'ouverture d'école.

Procédure de recours

Le recours consiste à rédiger une lettre exposant les raisons pour lesquelles l’élève majeur ou le parent de l’élève mineur n’est pas d’accord avec la sanction d’exclusion définitive.
Dans les 10 jours ouvrables qui suivent la notification du renvoi, les parents de l'élève mineur ou l'élève majeur peuvent introduire un recours contre la décision s'ils l'estiment injuste.

Modèles de lettre de recours :


Dans l'enseignement organisé par la Communauté française:

C’est-à-dire les écoles qui sont directement organisées par la Fédération Wallonie-Bruxelles (= Communauté Française).
Le recours est envoyé au Service général de l'enseignement du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Bld. du Jardin Botanique 20-22 à 1000 Bruxelles). C’est le/la Ministre en charge de l’éducation qui prend la décision.
Si l'élève majeur ou les parents de l'élève mineur ne sont toujours pas d'accord avec la décision prise, il leur reste la possibilité d'introduire un recours administratif auprès du Conseil d'Etat. Le recours auprès du Conseil d’Etat est une procédure complexe, il est préférable de demander l’aide d’un avocat spécialisé.

Dans l'enseignement subventionné par la Communauté française:

C’est-à-dire les écoles qui sont organisées par un pouvoir organisateur différent de la Fédération Wallonie-Bruxelles, mais qui sont tout de même subventionnées par elle.
On distingue : les écoles officielles subventionnées (le pouvoir organisateur est soit une commune, soit une province, soit la Cocof) ; les écoles libres subventionnées confessionnelles (c’est-à-dire l’enseignement libre catholique) et les écoles libres subventionnées non-confessionnelles (les écoles subventionnées indépendantes).

La décision d'exclusion est prise soit par le pouvoir organisateur de l'établissement soit par le délégué du pouvoir organisateur.

La décision d'exclusion n'est pas suspendue par l'introduction du recours.
L’autorité compétente statue sur le recours au plus tard le 15e jour d’ouverture d’école qui suit la réception du recours. Si la réception du recours a lieu durant les vacances d’été, l’autorité compétente statue pour le 20 août au plus tard. Si les délais ne sont pas respectés, il est possible d'intenter une action en référé devant le Président du Tribunal de première instance.


Différentes situations peuvent alors se présenter:

  • Situation 1 : l’exclusion est prononcée directement par le Pouvoir organisateur
    • S’il s’agit d’une école du réseau officiel subventionné (organisée donc par une commune, une province ou la Cocof) : un recours est possible devant le Conseil d’Etat (procédure judiciaire administrative).
    • S’il s’agit d’une école du réseau libre subventionné (organisée donc pas un pouvoir organisateur libre, confessionnel ou non-confessionnel) : un recours est possible auprès du Tribunal de Première Instance (juridiction civile – procédure en référé).

  • Situation 2 : l’exclusion est prononcée par un membre du personnel délégué par le Pouvoir organisateur
    Il existe alors automatiquement un droit de recours  interne auprès du Pouvoir organisateur

    Le recours sera envoyé pour:

    • les écoles libres (catholiques ou non-confessionnelles) qui sont des asbl, au Conseil d'administration, à la même adresse que l'école
    • les écoles communales , au Collège des Bourgmestre et échevins, à l'adresse du Conseil communal
    • les écoles provinciales, à la Députation permanente, à l'adresse du Conseil de la Province ou pour Bruxelles à l'adresse du Collège de la CoCoF
    Si ce recours interne n’aboutit pas et que l'élève majeur ou les parents de l'élève mineur ne sont toujours pas d'accord avec la décision prise, il leur reste la possibilité d'introduire un recours administratif au Conseil d'état pour les écoles officielles subventionnées (communes et provinces) ou un recours au tribunal civil en référé pour les écoles libres (libre catholique)

!!! Si un Pouvoir organisateur, n'ayant pas adhéré à un organe de représentation, ne peut proposer à l'élève exclu son inscription dans un autre établissement, il envoie une copie du dossier disciplinaire de l'élève exclu à la Direction générale de l'enseignement obligatoire. Dans ce cas, un recours est possible au Service général de l'enseignement du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, pour les parents de l'élève mineur ou l'élève majeur. Le recours porte exclusivement sur le respect des procédures d'exclusion.


** Le racket, est ce que le code pénal nomme, « extorsion, ou vol avec violence ». Le racketteur exige de sa victime de l’argent, des objets ou des vêtements en le menaçant. Il fait généralement usage de la force physique, de menaces ou de chantage. Ce délit est puni par la loi. Ce mot apparaît à New York dans les années 1850 pour désigner les fêtes extravagantes et bruyantes organisées par les gangs des Five Points, lors desquelles, des politiciens corrompus se faisaient remettre de l'argent en utilisant la menace et la contrainte. Il vient en fait de l'italien, ricatto qui signifie « chantage ». En anglais, le sens premier du mot racket est vacarme, tintamarre, son sens figuré est escroquerie. in Wikipedia.

MAJ 2017

POSEZ UNE QUESTION ---- ATTENTION! VOUS ETES SUR UN SITE D'INFORMATIONS BELGES FRANCOPHONES ---- (cochez la case *recevoir une notification* pour être averti automatiquement de notre réponse)


Code de sécurité
Rafraîchir

questions  

 
# lidia 19-03-2017 15:55
Bonjour, mon fils aura 18 ans dans 3 mois, Il suis une formation en alternance à L'ifapme en section vente et n'a pas trouvé de contrat jusqu'à présent.La section a été prise d’assaut cette année et il a été très difficile de trouver un contrat d'apprentissage . Il a accumulé, faute de motivation et de problèmes relationnels avec certains professeurs, plus de 8 absences injustifiées et plusieurs dossiers disciplinaires mineurs.j'ai reçu fin février une convocation pour absence à laquelle je n'ai pu participer car je me rendais à l'étranger ce jour là; mais mon fils y est allé et il a rencontré une déléguée à la tutelle qui lui a expliqué qu'il n'avait plus le droit d'être absent et qu'il devait se motiver pour les cours..Cette convocation était un envoi ordinaire ainsi qu'une lettre une semaine plus tard qui m'avertissait que mon fils était renvoyé pour absentéisme, démotivation et accumulation de dossiers disciplinaires dont je n'ai jamais été invitées à consulter.Il est à signaler que de 8 absences injustifiées dans la convocation du28/2 on passe à plus de 20 dans la lettre de renvoi.. Après plusieurs essais infructueux pour avoir un rdv avec la direction, je suis allée avec mon fils sur place et finalement pu rencontrer le directeur qui n'a rien voulu ajouter à sa décision et qu'il fallait nous mettre en contact avec une déléguée formatrice qui essaierait de recaser mon fils dans une autre de leurs institutions. Voici ma question, est ce que tout cela vous semble-il légal?Merci pour votre réponse.
Répondre
 
 
# Infor Jeunes 21-03-2017 16:57
Bonjour Lidia,

Sachez que la législation n’est pas la même pour les établissements d’enseignement « ordinaires » que pour les établissements d’enseignement d’apprentissage des classes moyennes. La procédure que vous avez lu sur notre la page de notre site n’est donc pas d’application pour l’IFAPME.

Par rapport aux absences injustifiées :

C’est l’IFAPME qui doit contrôler la fréquentation aux cours.
Lorsqu’il constate plus de 3 semaines d’absences injustifiées, consécutives ou non, il les communique au délégué à la tutelle-référen t de l’IFAPME.

Lorsque l’apprenant a atteint le quota d’absences injustifiées, le délégué à la tutelle - référent le convoque (avec ses parents, s’il est mineur) et lui rappelle ses obligations (ce qui au vu de vos explications semble avoir été fait, même si vous n’avez pas pu être présente lors de cette convocation).

Si votre fils a eu 3 nouvelles absences injustifiées, depuis la convocation, le délégué à la tutelle-référen t est obligé d’introduire auprès de l’IFAPME une proposition de retrait d’agrément du contrat d’alternance. L’IFAPME va ensuite prendre une décision dans le mois qui suit.
S’ils décident que l’agrément du contrat est retiré, votre fils ne pourra pas terminer sa formation, et il ne pourra plus conclure de nouveau contrat d’alternance.

Si vous n’êtes pas d’accord avec la décision qui a été prise, vous pouvez introduire un recours. Vous devrez introduire ce recours auprès de l’administrateu r général de l’IFAPME.
Avant d’introduire ce recours, vous pouvez regarder dans le règlement d’ordre intérieur de l’IFAPME dans lequel est inscrit votre fils et voir si la procédure prévue dans ce cas de figure à bien été respectée.

Pour des informations plus détaillées, nous vous conseillons de vous renseigner directement auprès de l’IFAPME dans lequel votre fils est inscrit.

Bien à vous,

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
02/733.11.93

www.jeminforme.be
www.mobilitédesjeunes.be
Répondre
 
 
# NateJay 13-03-2017 19:20
Bonjour/Bonsoir ,
Suite à un léger dépassement de la limite des demi-jours d'absence injustifiée après la perte d'un certificat. J'ai perdu mon statut d'élève régulier... J'avais donc pris contact avec mon médecin pour récupérer un certificat ou quelque chose prouvant la légitimité d'une semaine d'absence, malgré la lettre que celui-ci m'a fournis mon école la refusée sous prétexte que les dates de justification sont trop éloigné pour l'accepter et donc récupérer mon statut d'élève régulier. Mon éducateur m'a alors conseillé de faire un recours avec cette lettre comme argument. Mon établissement ne m'a pas non plus mis en procédure de renvoi car les faits ne sont qu'au niveau de mon assiduité scolaires car mon comportement reste irréprochable et malgrés mes absence mes notes reste positives. Mon problème est que je n'ai pas encore introduit mon recours et cela fait déjà plus de 2 semaines. Pensez-vous que je puisse encore tenter le coup ?
Répondre
 
 
# Infor Jeunes 14-03-2017 13:48
Bonjour NateJay,

Il n’existe pas de recours pour contester le fait d’être devenu « élève libre » (c’est automatique dès que vous dépassez les 20 demi-journées d’absence non-justifiées) .
Il existe cependant la possibilité d’introduire une demande de dérogation « pour circonstances exceptionnelles » argumentée auprès du Ministre pour redevenir « élève régulier ». Cette demande de dérogation s’introduit via la « Direction générale de l’enseignement obligatoire » de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Soit cette dérogation est demandée via l’établissement que vous fréquentez (renseignez-vou s auprès de votre direction). Soit vous pouvez l’envoyer vous-même (si vous êtes majeur ou vos parents si vous êtes mineur) directement au bon service : il s’agit dans ce cas d’envoyer une lettre sur papier libre dans laquelle vous expliquez vos arguments et les pièces annexes justificatives prouvant vos dires à l’adresse suivante :

Direction générale de l’enseignement obligatoire
Bâtiment Les Ateliers - Rue Adolphe Lavallée, 1
1080 – Bruxelles

AVANT votre demande de dérogation, vous devrez retourner à l’école et ne plus être absent de manière injustifiée.
APRES avoir regagné la qualité d’élève régulier (si la demande de dérogation aboutit), vous redeviendrez élève libre à la moindre absence injustifiée.

Bien à vous,


Infor Jeunes
Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
02/733.11.93

www.jeminforme.be
www.mobilitedesjeunes.be
Répondre
 
 
# isabelle 05-03-2017 19:25
Mon Fils est en 2 secondaire.Peut -il être viré définitivement pour accumulation de notes depuis le début de l'année?
Répondre
 
 
# Infor Jeunes 06-03-2017 13:39
Bonjour isabelle,

Comme indiqué sur cette page, seul un « motif grave » d’ordre « disciplinaire » peut conduire au renvoi définitif d’un élève.
Un élève ne peut pas être renvoyé pour une accumulation de mauvaises notes ou pour un manque de travail.
Si votre enfant est renvoyé pour cette raison, vous pouvez introduire un recours comme expliqué sur cette page.

Bien à vous,


Infor Jeunes
Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
02/733.11.93

www.jeminforme.be
www.mobilitedesjeunes.be
Répondre
 
 
# marchal 21-02-2017 14:09
Bonjour,

Mon neveu a 6ans il est en première année dans une école libre catholique.
L'école veut le renvoyer alors que d'après le juriste de l'asssosiation des droits de l'enfant il n'y aurait pas vraiment de raison valable.
Mais bon voila c'est ce qu'ils veulent faire.
Si la directrice prend cette décision, ou dois je déposer mon recours?
J'ai l'impression que dans ce cas de figure je n'ai pas beaucoup de posibilité.
On lui reproche des crises et de perturber les cours, en gros son professeur n'en peut plus.
Ils essayent de faire paser ça sur le fait qu'il est un danger pour lui même et les autres.
Hors c'est un danger ni pour les autres, ni pour lui même.
Merci d'avance
Répondre
 
 
# Nathalie 21-11-2016 07:07
Bonjour, depuis le 10/11 mon fils de 15 ans, n'a plus d'école. il a été exclu.
La commission d'inscription n'a toujours pas trouvé d'école pour lui; Que dois je faire ?
Merci
Répondre
 
 
# Infor Jeunes 24-11-2016 14:04
Bonjour Nathalie,

Si votre fils a été exclu, vous ne devez pas attendre que la commission d’inscription lui trouve une école (ce qui peut prendre beaucoup de temps…).
Puisque votre fils est soumis à l’obligation scolaire, il est de votre responsabilité de parent (on peut donc légalement vous reprocher de ne pas l’avoir fait !) de trouver par vous-même et au plus vite un établissement susceptible de l’accueillir.
Puisque votre fils est mineur, les établissements secondaires ne peuvent pas refuser son inscription au motif qu’il a été exclu de son école. La seule raison pour laquelle un établissement peut refuser l’inscription de votre fils est le manque de place dans l’option que ce dernier souhaite suivre ; si c’est le cas, l’établissement doit être en mesure de vous fournir une attestation comme quoi il refuse l’inscription pour ce motif.
Pour connaître les adresses des écoles, vous pouvez venir dans l’une de nos permanences de la région bruxelloise :
° à Schaerbeek : jeminforme.be/.../...
° à Bruxelles : jeminforme.be/.../...
Si vous habitez en Wallonie, le centre Infor jeunes le plus proche de votre domicile est également compétent pour vous répondre : www.infor-jeunes.be

Bien à vous,


Infor Jeunes
Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
02/733.11.93

www.jeminforme.be
www.mobilitedesjeunes.be
Répondre
 
 
# Tony 13-10-2016 13:01
Bonjour,
Mon fils majeur (18 ans), élève en dernière année compta à l'Ipet de Nivelles,s'est fait surprendre dans les toilettes de l'école en train de montrer à un condisciple le cannabis qu'il avait acheté la veille. Il avait egalement le matériel du petit dealer ( balance, sachets, ...).
De fait, les faits reprochés méritent une sanction, meme une exclusion définitive de l'établissement , je le reconnais.
Par contre, là où je m'insurge, c'est que mon fils s'est fait surprendre comme un débutant, qu'il est vraiment, que lors de notre entretien avec la Directrice de l'école, nous avons mis en avant le fait qu'il avait dorénavant un suivi médical avec prise de sang mensuelle, car je reconnais qu'il consomme (4 joints par mois) et qu'il s'engageait donc à ne plus fumer, qu'il a reconnu les faits, qu'il m'a remis en mains propres ce qui lui restait de cannabis ( et que j'ai personnellement détruit), sa volonté de pouvoir terminer son année au sein de l'établissement afin d'y obtenir son diplôme et pouvoir se lancer dans la vie active
Les faits sont graves, certes, mais mis à part le CEPES de Jodoigne, aucune école n'est apte à le reprendre par manque de place.
Jodoigne, est à 2h de train de son domicile. Cela s'avère donc impossible et je n'ai pas les moyens financiers de payer l'internat.
Je trouve donc qu'il met de la volonté afin que l'école "l'excuse", mais que celle ci, plutôt que d'attraper la main qu'il tend afin de demander de l'aide, refuse de l'attraper et le laisse purement et simplement tomber!
Son casier scolaire est vierge, ce n'est pas un élève problématique, alors, n'aurait il pas droit à une seconde chance???
La Justice offre pourtant des secondes chances à des gens qui ont fait des choses bien plus graves que cela
D'après vous, en se fiant à sa bonne foi et à notre suivi, ainsi que le suivi médical, je le rappelle, un recours serait il envisageable où est ce peine perdue?
Merci d'avance
Répondre
 
 
# Infor Jeunes 14-10-2016 15:46
Bonjour Tony,

En effet, les faits reprochés à votre enfant sont passibles d’une exclusion définitive.
Nous ne pouvons vous dire si votre recours aboutira ou pas, vous pouvez donc essayer de l’introduire. Si c’est bien une école du réseau subventionné :
- si l’exclusion a été prononcée directement par le Pouvoir organisateur vous devrez introduire un recours devant le Conseil d’Etat (procédure judiciaire administrative).
- Si l’exclusion est prononcée par un membre du personnel délégué par le Pouvoir organisateur vous devez introduire un recours interne auprès du Pouvoir organisateur de l’établissement .
Vous devrez bien argumenter votre recours en reprenant tous les éléments que vous nous expliquez ci-dessous et en mettant en avant le fait qu’il lui sera difficile et peut être impossible de trouver une école avec +/- la même grille horaire dans votre ville.

Bien à vous,

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
02/733.11.93

www.jeminforme.be
www.mobilitedesjeunes.be
Répondre
 
 
# JeuneImcompris 22-08-2016 03:31
Bonjours , j'ai reçus une lettre ou l'on me reproche quelques retards et du bavardage ( je ne sous-évolue pas mon cas , c'est réellement se que l'on me reproche ) , la liste des faits reprocher est tellement courte et ne représente mais vraiment aucun acte grave ( encore une fois on me reproche principalement des retards)
La lettre reçus , traduisant l'introduction de la procédure , me semble complètement absurde. Je pense sincèrement que cela est du au fait qu'un de mes professeurs ne m'apprécie pas du tout ( je n'ai jamais commis de faute vis-à-vis de lui et aucun rapport de comportement n'a été remit en son nom) et je pense bien qu'il a demander à justement ne plus me voir pour l'année qui arrive. J'aimerai vous demandez si ils ont le "droit" d'introduire une une tel procedure avec si peu d'éléments et si oui , et si ils ne m'autorisent plus à me réinscrire , la procédure de recours pourrait-elle fonctionner dans mon cas ? Je précise que je passe en retho (général)
et qu'il me reste donc qu'une seul année à passer.
Et comment pourrais-je me défendre lors de ma convocation vu que les faits reprocher (retards) on déjà été sanctionner et régler vu que je ne suis plus arriver en retards lors des 3 semaines précédent le début des examen après une discution avec le proviseur. Merci pour votre aide
Répondre
 
 
# Infor Jeunes 24-08-2016 16:18
Bonjour JeuneIncompris,

Les faits qui peuvent être invoqués par l’école doivent être d’ordre disciplinaire et suffisamment grave pour qu’une exclusion soit prononcée. Tous les faits pouvant provoquer une exclusion et la procédure de recours sont expliqués sur cette page. Il est également repris que l’on ne peut être sanctionné deux fois pour les mêmes faits. Donc si des sanctions ont déjà été prise à votre encontre pour vos retards, ils ne peuvent être à nouveau sanctionné.
(Attention , vous ne devez pas confondre les absences injustifiées et les retards, car 20 demis journées d’absence injustifiée peuvent entrainer une exclusion définitive lorsque l’étudiant est majeur et élève libre).
Pour votre défense, il sera essentiel de rappeler à la direction les faits graves pris ci-dessus pour lesquelles peuvent être exclu un étudiant et que les faits qui vous sont reprochés n’en font pas partie et ne justifie pas une exclusion définitive. Vous devrez également justifier si possible les raisons de vos retards et insister en expliquant que vous n’avez plus eu de retards et que cela n’arrivera plus l’année prochaine. Il est également important de mettre en avant que c’est votre dernière année scolaire et qu’il vous sera difficile de retrouver une école avec +/- la même grille horaire.
S’il n’accepte pas vos arguments vous pouvez alors introduire un recours contre cette décision. La procédure de recours est reprise ci-dessus dans nos explications.

Bien à vous,

Infor Jeunes asbl
Chaussée de Louvain, 339
1030 Bruxelles
02/733.11.93

www.jeminforme.be
www.mobilitedesjeunes.be
Répondre
 

La une
d'Infor Jeunes

Infor Jeunes te propose un stage d’initiation aux techniques vidéo autour de la thématique Love No Hate (Amour Pas de haine), destiné à un public de 14 à 25 ans. Ensemble, nous découvrirons : les cadr...
Salle à louer à Schaerbeek, à proximité de la Place Dailly, pour différents types d'événements. Pour locations ponctuelles  Cours  Stages Ateliers Séminaires Conférences Réunions Formations ...
Partage de la vie privée, cyberharcèlement, discriminations liées au genre, injures, photos truquées ou obscènes, conflits et disputes partagés avec tous, la liste des risques liés aux réseaux sociaux...
Infor Jeunes propose des modules d’initiation à Internet, pour adultes. Cet atelier a pour but de donner aux stagiaires, les références nécessaires en matière de l’utilisation de l’informatique de bur...
Découvrez la nouvelle version de notre site web Mobilité internationale des jeunes : http://www.mobilitedesjeunes.be/ - Une consultation des contenus plus accessible- Une navigation sur différents su...